Embarquez avec les Marins d’Iroise

336
Les Marins d'Iroise nous embarque pour un voyage musical inoubliable.

Direction la Bretagne avec ce chœur d’hommes aussi talentueux qu’attachants. Jean-Claude Bachelier, le capitaine du navire, nous embarque avec lui à bord du bateau des Marins d’Iroise.

Présentez-nous l’équipage des Marins d’Iroise !
Nous sommes un chœur d’hommes bretons, venus tout droit de Brest. Le groupe est formé de 28 chanteurs et en moyenne, nous sommes une grosse vingtaine sur scène lorsque nous nous déplaçons. Difficile de faire coïncider tous les emplois du temps !

Pourquoi ? Vous n’êtes pas professionnels ?
Absolument pas ! Nous sommes des amateurs, amoureux de notre culture, de notre région et des chants bretons. Un tiers d’entre nous est encore actif, mais pour deux-tiers, nous sommes de dynamiques retraités (rires). Notre moyenne d’âge est de 60 ans environ. Le plus jeune, Kévin, a tout juste trente ans tandis que notre vétéran Marcel, affiche fièrement 80 ans.

Depuis quand existent les Marins d’Iroise ?
Le groupe s’est formé en 1992. Nous l’avions créé afin de participer à une fête brestoise. Très vite, la décision a été prise de faire un chœur d’hommes. Nous étions une quinzaine de bonhommes à entonner des chants marins. Mais il fallait nous singulariser des autres groupes. Pensez donc ! Il y a 200 groupes de chants marins en Bretagne. Notre différence vient du fait que nous chantons en polyphonie. Pour le coup, nous sommes assez peu nombreux à le faire !

Vous êtes tous bretons ?
Et comment ! Du Nord Finistère, plus précisément. De la pointe Ouest à Morlaix.

Il n’y a que des hommes ?
Non, nous évoluons (rires). Notre chef de choeur est une femme. Elle s’appelle Françoise.

Quel genre de chansons reprenez-vous ?
Bien évidemment, tout ce qui est tiré du répertoire celte et breton. Ce sont des chants de travail traditionnels, ceux que les ouvriers chantaient pour se donner du cœur à l’ouvrage. Ce chants sont, au fil du temps, devenus festifs. Nous nous sommes diversifiés avec de la musique cajun, sud-américaine, irlandaise … Notre objectif est avant tout de faire danser les foules !

Vous composez également ?
Pas tout à fait : j’écris des paroles sur des musiques existantes. Certaines sont vraiment magnifiques et j’aime beaucoup composer des textes sur leurs mélodies.

Comment vous êtes-vous fait connaître ?
Nous avons été contactés en par Universal et tout est parti de là ! Nous avons enchaîné les plateaux de télévision ce qui nous a permis d’accéder à une reconnaissance nationale et même internationale. Nous avons pu vendre plus de 30 000 exemplaires de notre album du moment. Nous en sommes à 9 actuellement.

Comment fonctionnez-vous ?
Le groupe est composé de quatre pupitres différents : ténor, basse, baryton et ténor 2. Nous arrivons à créer une polyphonie à 3 ou 4 voix. Pas toujours facile quand on n’est pas professionnel ! Nous nous réunissons une fois par semaine et à l’approche des tournées, on peut y consacrer des week-ends complets.

Des tournées, comme celle que vous vous apprêtez à faire ?
Oui, nous allons dans l’Est de la France. C’est la première fois que nous nous produirons dans le Doubs et à plus forte raison à Pontarlier. C’est un réel plaisir d’apporter un peu de culture maritime dans ce lieu montagnard. Nous espérons que le public aura les semelles qui démangent et qu’il dansera sur nos chansons.

Retrouvez les Marins d’Iroise à Maîche le 9 mai à la Salle Saint Michel à 20h30 et le 11 mai à Pontarlier, au théâtre Bernard Blier à 20h30. Pour réserver, contactez le 06 80 89 97 66.