En mars, la dégradation de la situation épidémique n’a pas eu d’impact sur la courbe des décès en Bourgogne-Franche-Comté

270

Entre le 1er janvier et le 5 avril 2021, la Bourgogne-Franche-Comté a enregistré 9 602 décès, soit près de 8 % de plus qu’en 2019.
C’est un peu plus que sur l’ensemble du territoire Français (+ 6 %) où la baisse des décès durant la deuxième vague s’est observée dès mi-novembre 2020.
Au contraire dans la région, la courbe des décès a évolué sur un plateau élevé durant presque 3 mois. Toutefois, un important repli s’est amorcé à partir de la dernière semaine de janvier. La baisse des décès est effective pour toutes les classes d’âge. Elle a été particulièrement importante chez les personnes âgées de 85 ans ou plus, en lien probablement avec l’augmentation progressive de la couverture vaccinale pour cette classe d’âge.

Un seuil plancher

Depuis le début du mois de mars, un seuil plancher a été atteint, proche du niveau observé à la même époque en 2019, alors même que les indicateurs diffusés par Santé Publique France indiquent une dégradation de la situation épidémique.
D’après cette dernière, la pression hospitalière s’accentue.
Cependant, les données de l’État civil ne montrent pas d’impact sur la courbe des décès.
La Haute-Saône est le sixième département de métropole qui enregistre la plus forte surmortalité depuis le début de l’année par rapport à 2019 (+ 18 %).
Dans la région, la hausse est également conséquente dans la Nièvre (+ 13 %) et en Saône-et-Loire (+12 %).
En France métropolitaine, l’excédent de décès par rapport à 2019 est le plus important en Provence-Alpes-Côted’Azur (+ 16 %), dans le Grand Est (+ 11 %) et les Hauts-de-France (+ 10 %). Contrairement à la Bourgogne-Franche-Comté, la courbe des décès de ces régions n’a toujours pas retrouvé le niveau qu’elle avait en 2019.

Note méthodologique : Exceptionnellement, l’Insee diffuse le nombre de décès par jour et par département. Il s’agit de décès toutes causes confondues et pas seulement des décès liés à la Covid-19. Les décès sont enregistrés dans la commune où ils ont eu lieu (et non au lieu de résidence), à la date du décès.
Les décès survenus pendant une période en 2021 sont comparés aux décès survenus pendant sur la même période un an auparavant. Lorsque les décès sont supérieurs à la période de comparaison, on parle d’excédent de décès.
L’analyse des décès entre le 1er janvier et le 5 avril 2021 porte sur les décès transmis par voie dématérialisée ou par voie papier par les mairies à l’Insee (statistiques à la date du 16 avril 2021).
Il est important de noter que ces données sont très provisoires et seront révisées à chaque nouvelle publication. Les données les plus récentes sont incomplètes car les communes ont une semaine pour transmettre les données et le délai de transmission varie en fonction du jour de la semaine. La rapidité de remontée de ces informations varie également selon les départements et pourrait être perturbée par les mesures de confinement, de même que le choix des modalités de transmission (dématérialisé ou courrier postal)