Eric Alauzet va engager 120 millions d’euros pour sauver l’économie de Besançon

626
Eric Alauzet a lancé sa campagne de second tour sur la promenade Granvelle ©YQ

“Nous sommes à l’aube d’une nouvelle période flamboyante” s’enthousiasme Eric Alauzet lors d’un point presse le mercredi 3 juin tenu sur la promenade Granvelle. Le candidat à la mairie de Besançon faisait référence à la splendeur de la capitale comtoise du temps d’Antoine et de Nicolas de Granvelle.

Nouvelle campagne pour une élection à un tour

Le 28 juin, les bisontins auront le choix entre trois candidats “Entre Anne Vignot, une liste très à gauche qui oublie l’économie et Ludovic Fagaut, une liste très à droite bien faible sur le projet économique, je propose un projet équilibré à l’image des habitants, une harmonie entre économie, écologie et solidarité”.

La priorité, protéger les bisontins de la crise économique 
Eric Alauzet entouré de Margot Brisson référente départementale de La République En Marche du Doubs (LREM) et Franck Monneur directeur de campagne ©YQ
Eric Alauzet ne veut pas faire uniquement dans la compassion. “La crise est un épisode à surmonter. Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre 5% des emplois dans la métropole comtoise”. Le candidat de La République En Marche (LREM) veut engager 120 millions d’euros pour l’emploi et les entreprises. Un plan d’urgence immédiatement après l’élection (qu’il ne chiffre pas), puis des aides sectorielles pendant l’été en direction des entreprises de BTP, du commerce, de l’industrie. A l’automne, le député-candidat Maire investira massivement dans la relance et la transformation de l’économie bisontine, y compris en utilisant les leviers fiscaux comme la TVAE ou la CFE. Il compte sur les fonds de l’Etat, ceux de l’Union Européenne, les investissements publics mais également privés pour soutenir les secteurs d’excellence comme le médical, les microtechniques ou le luxe.
“Un nouveau Besançon”
Catherine Thiébaut, Karima Rochdi et Laurent Croizier, co-listiers d’Eric Alauzet ©YQ

La crise est l’occasion de changer nos modes de vie, argumente Eric Alauzet. Il souhaite une ville plus résiliente, plus robuste. La crise sanitaire a changé les priorités. L’impératif est de sauver l’économie et éviter un chômage de masse. “Notre liste rassemble parce qu’elle ressemble aux bisontins” poursuit-il. “Choisissez Besançon : un projet de convergence, de liberté et d’équilibre qui fait confiance au génie local”.

L’urgence est aussi sanitaire

Eric Alauzet prône pour un service médical de proximité performant, plus de maisons médicales et attirer plus de spécialistes dans la médecine de ville. “La santé, c’est aussi la prévention par le sport, les activités physiques, une autre façon de manger. Je veux un grand plan d’éducation à la santé ; la santé transcende l’écologie” conclut celui qui n’oublie pas sa vocation de médecin.

Eric Alauzet le répète. “C’est une nouvelle élection à un tour”. Il a conclu son propos sur la récente agression dont il a été victime. “Cela fait deux ans que les menaces, les rumeurs, les contre-vérités, voire les sabotages se succèdent. Je suis l’homme à abattre”.

La campagne 2.0 fera la part belle aux embouteillages à Besançon la semaine prochaine.

Yves Quemeneur