Et le mois de juillet devient lyrique …

47

L’église de Montperreux va résonner des plus belles voix, du 18 au 30 juillet prochain.

Pour cette onzième édition, le festival lyrique de Montperreux continue à s’attacher à ce que tout le monde ait accès à cet art considéré, à tort, comme élitiste.
C’est pourquoi les organisateurs ont fait le choix de programmer une opérette à la salle intercommunale de Labergement Sainte Marie, mercredi 18 juillet à 20h. La compagnie des chanteurs et acteurs du Festival Offenbach d’Etretat vient dans le Haut-Doubs interpréter l’un des opéras les amusants du compositeur : “Monsieur Choufleuri restera chez lui le …”. Finement mis en scène, avec des costumes aussi fantaisistes que colorés, le public sera immanquablement séduit par l’interprétation talentueuse de cette troupe qui s’en donne à cœur joie sur scène, pour notre plus grand plaisir.
Retour en l’église de Montperreux, à l’acoustique incomparable, pour une série de concerts et de représentations qui mêlent harmonieusement le talent et les émotions.
Lundi 22 juillet, à 20h, Marie-Cécile Bertheau, pianiste de renom, accompagnera deux jeunes espoirs du monde lyrique : Sophie Negoïta (soprano) et Rémi Ortega (baryton).
La soirée du jeudi 25 juillet sera consacré à la musique sacrée. Pascal Mayer, célèbre chef de chœur suisse, dirigera une formation vocale spécialement conçue pour le festival. Ce concert sera propice au recueillement, d’autant plus qu’il sera donné en mémoire de Jeanine Dessay, bénévole assidue du festival, dont la disparition brutale a laissé un grand vide dans le coeur de nombreuses personnes.
Samedi 27 juillet, rendez-vous à 15h pour le traditionnel concert de fin de stage par les 6 stagiaires. Ils travailleront durant toute la semaine avec des professeurs de renom : Florence Boissolle, chef de chant à l’Opéra Bastille et Stuart Patterson, professeur de chant à la Haute École de Musique de Neuchâtel.
Le festival termine en beauté avec la venue exceptionnelle de Patrizia Ciofi. La célèbre cantatrice italienne donnera un récital unique, accompagnée de sa pianiste, Kira Parfeevets.
Le festival entend bien garder ce qui fait son charme et qui séduit tant les artistes que le public : sa simplicité, sa convivialité et sa proximité avec tous ceux qui le font vivre. Dans un sourire, Pascal Lemaire, président de l’association organisatrice, admet : “Nous avons vu des grands chanteurs déguster du saucisson, assis sur le muret derrière l’église. Ils nous ont avoué apprécier ces instants hors du temps et de ce qu’ils vivent d’habitude. Ce sont des moments de partage complices, que tous aiment et attendent, chaque année. »