Et si on soufflait un peu ?

167

Le mois de septembre pointe le bout de son nez avec à son bord tout son lot de “rentrées”. La scolaire d’abord que de nombreux parents attendent et redoutent à la fois. Elle a une saveur bien particulière cette rentrée : presque anodine chaque année, elle revêt un caractère très particulier en 2020. Elle donne la sensation que malgré tout, la vie reprend son cours, presque normalement, presque que comme avant. Les enfants sont ravis de retrouver leurs copains et les parents oscillent entre angoisse et soulagement. Il y aura des pleurs chez les plus sensibles, grands et petits, des rires, des retrouvailles, des inquiétudes en voyant le nom de la prof de maths ou de la joie en découvrant celui du prof de français. On parlera de ses vacances, on se dira qu’il a fait trop chaud, mais que c’est normal, c’est l’été ! On en parlera masqués, parce-que c’est obligatoire et rassurant. On se saluera de loin et nos mains sentiront le gel hydroalcoolique. Mais au fond, nos discussions porteront sur les mêmes thèmes abordés chaque début septembre.
Il y a aussi les rentrées associatives. Des associations qui ont majoritairement souffert pendant la crise mais qui, tant bien que mal, relèvent la tête et préviennent leurs adhérents qu’ils peuvent reprendre leurs activités sportives, artistiques ou culturelles en toute sécurité.
Et puis, il y a notre rentrée, à nous tous qui reprenons le chemin du travail, quel qu’il soit, où qu’il soit. Là encore, le masque sera de mise, dès le 1er septembre. La machine à café risque de connaître une période de chômage ! Mais à bien y regarder, si nous retournons à l’école, au travail et à nos activités favorites, c’est parce-que nous sommes debout, en bonne santé. Et rien que ça devrait suffire à afficher sur notre visage un large sourire. Même caché derrière un masque, il se verra : nos yeux en seront le reflet.
Alors inspirons un grand coup et soufflons … La rentrée va bien se passer !