Extension du port du masque à Montbéliard et à Pontarlier

153
Élèves, enseignants et personnels administratifs ont fait preuve de civisme pour réussir la rentrée en Franche-Comté. Image d'illustration

Dans une conférence de presse tenue conjointement avec Christine Bouquin Présidente du conseil départemental, Anne Vignot Maire de Besançon, Marie-Noëlle Biguinet Maire de Montbéliard, Patrick Genre Maire de Pontarlier et Président de l’association des Maires du Doubs et Jérôme Narcy, délégué départemental du Doubs de l’Agence régionale de santé (ARS), Joël Mathurin le Préfet du Doubs a parlé d’une situation préoccupante mais pas alarmante

Le Doubs est donc en zone rouge

L’activité du virus est très présente dans le département avec un taux d’incidence de 60/100 000 habitants, soit 4 de plus en une semaine. Le taux de positivité constaté est de 3.2% et 71 patients sont en forme grave de Covid même si on ne constate à ce jour aucun patient en réanimation.

En concertation avec les maires des grandes villes et le département, la préfecture a décidé des mesures suivantes :

le port du masque sera rendu obligatoire au centre-ville de Pontarlier dès ce mercredi 23 septembre et le périmètre au sein duquel le port du masque est obligatoire à Montbéliard sera étendu au centre-ville dans son intégralité à l’intérieur de la boucle, y compris le parvis de la Gare et l’Acropole.

le port du masque sera rendu obligatoire sur l’ensemble des campus de l’enseignement supérieur et cités universitaires dans un rayon de 50 mètres aux abords, comme pour les établissements scolaires.

– une concertation sera organisée dès demain, mardi 22 septembre, avec les maires des chefs-lieux de canton, les communes de plus de 5 000 habitants et les présidents d’intercommunalités afin d’évoquer les mesures à envisager comme le port obligatoire du masque dans leur centre-ville et bourg-centre.

– Pour les établissements recevant du public de type L (salles de réunion, de projection, de spectacle ou à usage multiple), le classement du département en zone de circulation active du virus a pour effet de réintroduire l’obligation de l’espacement d’au moins un siège entre chaque personne ou groupe de moins de 10 personnes venant ensemble. Les cérémonies de mariage et d’enterrement doivent respecter strictement, outre le port du masque, la distanciation de 4m² par personne.

– Un travail sera engagé dès cette semaine avec les représentants des débits de boissons dans le département afin d’envisager des mesures pour parfaire l’application du protocole sanitaire permettant le respect des gestes barrières et de la distanciation physique. Il est rappelé que les clients ne peuvent conserver une station debout dans les bars et restaurants et les gérants de ces établissements doivent s’assurer qu’ils sont assis.

– Les buvettes et points de restauration seront interdits dans les enceintes sportives et à leurs abords immédiats lorsque les clients ne peuvent pas être assis.

– Le maintien ou la reprise du télétravail dans les administrations est fortement recommandée et les chambres consulaire sont invitées à formuler des propositions offensives afin de promouvoir le télétravail auprès des entreprises.

– Les contrôles du respect des mesures barrières seront renforcés dans l’ensemble du département, notamment dans les bars, cafés, restaurants et transport en commun.

Ces mesures accentuent celles déjà en vigueur comme le port du masque dans les transports en commun, dans les centres villes de Besançon et Montbéliard, dans les établissements et commerces recevant du public, dans les grandes et moyennes surfaces ainsi que sur leurs parkings, dans les marchés non-couverts, les vide-greniers, brocante ou fête foraine.

Aucun cas Covid dans les EHPAD du département

Christine Bouquin a précisé qu’à ce jour, aucun cas de Covid n’a été détecté dans les EHPAD du département. Chaque établissement gère au plus près de ses besoins et en concertation avec les familles pour conserver les liens sociaux et familiaux des personnes âgées. Le confinement dans les EHPAD n’est pas à l’ordre du jour.

Les principales communes du département envisagent de mettre à la disposition des laboratoires d’analyse des lieux identifiés et pérennes pour réaliser les tests, évitant ainsi des files d’attente dans les laboratoires. Ce sera le cas à Besançon, Montbéliard et Pontarlier.

Le “Trail des Forts” est maintenu

Le préfet a confirmé que l’épreuve aurait bien lieu dans le cadre d’un strict respect des consignes sanitaires, en particulier sur les zones de ravitaillement des coureurs.

Pour Marie-Noëlle Biguinet, il faut tout faire pour que la vie continue et que “Les lumières de Noël”, événement majeur de la cité des princes, puissent se dérouler normalement.

Le préfet souhaite demeurer dans une action de prévention

Tous les acteurs locaux, élus, organismes, entreprises, associations, fédérations dans le département du Doubs sont appelés à relayer un message de responsabilité individuelle pour éviter la propagation du virus et ses conséquences sur le système de santé des plus fragiles.

Le préfet renforce les patrouilles de contrôle des gestes barrières avec la gendarmerie et la police. Si on compte à ce jour une dizaine de contrôles qui ont été sanctionnés d’une amende de 135€, Joël Mathurin souligne le message de prévention : “se laver les mains, porter un masque, respecter la distanciation et ne pas s’embrasser” demeurent les meilleures règles pour éviter la propagation du virus. “Ce n’est pas dans nos habitudes, dans notre culture et le port du masque est une contrainte, je l’admets bien volontiers. Il est impératif de respecter ces règles si nous voulons retrouver au plus vite une vie normale”.

Les débits de boissons sont particulièrement concernés par les contrôles des forces de l’ordre. La préfecture a ordonné 7 fermetures administratives essentiellement à Besançon (dont 2 sont en cours d’instruction).

Il semble que les consignes sanitaires imposées en particulier à Pontarlier, n’ont pas eu d’impact sur l’activité commerciale de la zone frontalière. Les consommateurs suisses viennent toujours faire leurs emplettes de l’autre côté de la frontière.

Yves Quemeneur