F. V. !

147

Voici les vacances ! Enfin !

Et déjà les premiers bouchons. Cette année, ils arrivent bien plus tôt que l’an passé. La jauge décline et à cette allure, avec la prochaine station à 32 kilomètres, la panne sèche nous guette. Fichues vacances ! (F. V. !)

– Tu préfères la chipolata carbonisée ou la merguez pas cuite ? On pourrait la repasser au grill mais la braise est éteinte, alors ça ne va guère avancer … (F. V. !)

Dans la tente voisine on se plaint : 

– Je n’ai pas eu le temps de me faire le maillot et avec le confinement j’ai pris 8 kg. J’ai remis mon deux-pièces de l’an passé en attendant les soldes, mais Paff ! il y a bien fallu que je croise mon chef de service à la douche ! Et pour une fois il n’avait pas perdu ses lunettes.

– Vous semblez en pleine forme qu’il m’a dit ! Je ne sais pas comment je dois le prendre.
(F. V. !)

– Avec ce qui est tombé, on a eu des eaux dormantes. (NDLR : des gouillats). Les moustiques pullulent et c’est nous qui ne dormons plus.

– Méfiez-vous ! Cette année on a le moustique tigre. Vous le reconnaitrez facilement : il a le regard mauvais. (F. V. !)

– Il reste une place entre les deux camping-cars. On va manger là, mais je vous préviens c’est trop serré pour qu’on ouvre les portes. Chacun sur ses genoux et ne foutez pas de la mayo sur les sièges ! (F. V. !)

– Et comment je pouvais savoir, moi, qu’il n’y avait pas de réseau ? (F. V. !)

– Le soleil revient, mets-toi une couche épaisse d’écran total et renouvelle toutes les heures. Pour être efficace ça n’est pas compliqué : on doit te prendre pour une meringue. (F. V. !)

Les vacances me fatiguent. Dès que je rentre, je pose une semaine à Noël pour me refaire la cerise.

Bonnes vacances à tous !

Et courage ! C’est bientôt la rentrée.