Fin de vie des 408 en mars 2022

99
Les bâtiments vidés aux ouvertures béantes ont laissé la place aux coquelicots ©YQ

Le quartier prioritaire de la Grette comptait en 2015 1137 habitants répartis dans 500 logements et 3 bâtiments gérés par Grand Besançon Habitat (GBH) devenu depuis 2020 “Loge.GBM” par la fusion avec SAIEMB.

Construit dans les années 60, le quartier des 408 répondait aux besoins de logements sur Besançon pour héberger les rapatriés d’Algérie et aussi pour loger les familles d’ouvriers travaillant à la Rhodiaceta (3 000 salariés à l’époque…). Bâtiments modernes au confort souvent inconnu, les habitants formaient une communauté où la mixité sociale était la règle !

Malgré une tentative de réhabilitation dans les années 90, les immeubles se dégradaient, le niveau de vacance était important (trop de logements de familles nombreuses), le quartier était devenu aussi le repaire des dealers où la sécurité publique n’était plus assurée. Le bailleur social a donc pris l’option d’une déconstruction des trois bâtiments s’intégrant dans le programme de rénovation urbaine de Planoise.

Deux phases de démolitions
Il reste le mythique bâtiment 15-27 à déconstruire. Fin des travaux en mars 2022 ©YQ

La première s’est déroulée entre février et décembre 2018 par la déconstruction du bâtiment 13 puis entre octobre 2018 et octobre 2019 sur le bâtiment 29.

La démolition de la dernière partie du quartier de la Grette s’échelonnera jusqu’à la fin du mois de mars 2022, la phase de déconstruction du bâtiment en bord de boulevard commençant en octobre 2021 sans gêne au trafic automobile ni au fonctionnement de la ligne de tram.

Chantier à haute qualité environnementale
Les élus ont écouté attentivement les explications sur le chantier par le directeur de secteur de Chastagner-Eiffage ©YQ

L’entreprise Chastagner (groupe Eiffage) intervient en quatre étapes : le curage qui consiste à « déshabiller » tout l’intérieur des bâtiments (radiateurs, meubles, faux plafonds, menuiseries…), le désamiantage pour retirer tout l’amiante dans les logements et les parties communes, la démolition proprement dite par le grignotage des infrastructures étage par étage et enfin le concassage et le réemploi des matériaux du site à l’aide d’un concasseur capable de broyer 1200 tonnes de béton/jour. Ces matériaux seront conservés sur le site pour leur réemploi ultérieur. Les superstructures du bâtiment accueillaient depuis de nombreuses années de nids d’hirondelles. La déconstruction débutera donc à la fin de l’automne après la période de nidification. Protection des oiseaux, déconstruction et réemploi sur place, le chantier préserve bien l’environnement.

226 ménages étaient à reloger

Dans le programme NPRU (Rénovation Urbaine) il est prévu la reconstitution de 112 logements locatifs sociaux hors quartier prioritaire de la ville (QPV)

143 ménages ont été relogés en 2018 et 83 du bâtiment sur rue en février 2021. Pour l’essentiel, les relogements ont concernés le quartier de SaintFerjeux/Rosemont (40,6%) et Chaprais/Cras (11,4%). Bien que les déménagements excluent les quartiers prioritaires de la ville pour tenter d’améliorer la mixité sociale, on note des relogements sur Planoise (5,7%) et Palente/Orchamps (3,4%). Interrogés, les anciens habitants des 408 sont satisfaits de leur nouveau logement et surtout de l’excellence dans l’accompagnement de la part du bailleur social.

Au final, en 2022, l’ensemble du site pourra être engazonné : un petit poumon de respiration au pied des collines de Chaudanne et du Rosemont.

Yves Quemeneur