Fin des travaux au siège du Crédit Agricole de Franche-Comté

118
Crédit Agricole Franche-Comté
L'atrium , élément majeur qui dessert les 6 niveaux du nouveau bâtiment ©YQ

Une architecture pensée pour les utilisateurs, une rénovation confiée à 95% à des entreprises franc-comtoises, un architecte bisontin. Tous les éléments étaient réunis pour faire du siège de la banque mutualiste, l’image d’un acteur majeur du territoire, ancré dans la proximité.

Un projet ambitieux
Crédit Agricole Franche-Comté
Philippe Maire, Directeur des crédits et de l’immobilier du Crédit Agricole de Franche-Comté et Serge Ferrini, architecte bisontin du bâtiment ©YQ

“Ce projet architectural est pour le Crédit Agricole de Franche-Comté la démonstration que les acteurs économiques ont un rôle sociétal important” souligne Philippe Maire, Directeur des crédits et de l’immobilier au Crédit Agricole de Franche-Comté. Sans penser « moins disantes » mais « mieux disantes », le Crédit Agricole de Franche-Comté a choisi des entreprises locales et/ou régionales, solides et partageant un investissement dans un cadre historique et responsable.

24 mois de travaux

Délai respecté à la grande satisfaction des commerçants de la rue Courbet. Pourtant, le cadre contraint du centre-ville de Besançon a nécessité des prouesses techniques. Serge Ferrini, l’architecte du Cabinet bisontin Archi.Tech cite les énormes grues pilotées par caméra, au centimètre près ou les câbles d’alimentation du tramway déposés de nuit pour installer les doubles peaux de verre de la façade.

L’humain au cœur du modèle social
Crédit Agricole Franche-Comté
Les 6 niveaux sont desservis par un escalier haut de 20 mètres ©YQ
Crédit Agricole Franche-Comté
Le mur végétal occupe toute une partie de l’atrium. 10 essences de plantes différentes y poussent, alimentées par des gouttes à gouttes ©YQ

Le 12 Février, l’ensemble des 240 collaborateurs du siège auront intégré les nouveaux locaux. Autour d’un atrium sous une verrière, les bureaux sont desservis comme dans les cours intérieures du Besançon historique. Face à l’escalier de 20 mètres, un mur végétal occupe tout l’atrium où 10 essences différentes de plantes sont alimentées par des gouttes à gouttes. Pas d’open spaces sur les 6 niveaux d’un bâtiment emblématique des années 70 mais des petits espaces partagés imaginés pour le confort des salariés. L’ergonomie des bureaux évite le cliquetis des claviers d’ordinateurs et des « seat box » permettent des entretiens téléphoniques assurant la confidentialité des conversations. Chaque niveau dispose d’un espace de repos et de convivialité ouverts sur les rives du Doubs.

Un bâtiment éco-responsable
Crédit Agricole Franche-Comté
Le toit-terrasse du nouveau siège du Crédit Agricole renforce l’attractivité de l’entrée de ville, face au “Président” ©YQ
Crédit Agricole Franche-Comté
Le toit-terrasse et la vue sur la Cathédrale Saint-Jean et la Citadelle de Besançon ©YQ

L’ensemble de l’énergie est fournie par la géothermie et 120 m² de panneaux photovoltaïques installés sur le toit. Pas de climatisation mais un système de plafonds rayonnants pour le chauffage en hiver et le rafraîchissement en été. La consommation d’énergie 100% renouvelable en fait un immeuble de Haute Qualité Environnemental (HQE). Chaque collaborateur est équipé d’un ordinateur portable lui permettant de rester connecté quelles que soient les zones dans lesquelles il travaille. Enfin, une petite révolution dans le monde bancaire : tous les courriers internes sont intégralement dématérialisés et distribués numériquement ; la banque verte et le zéro papier.

Les salles de réunion, ouvertes à chaque niveau sur l’atrium  sont baptisées des essences de bois de Franche-Comté (chêne, merisier, pin, châtaignier, épicéa…)

Vendredi 7 février 2020, Christine Grillet, la présidente de la banque et Elisabeth Eychenne, Directrice générale du Crédit Agricole Franche-Comté inaugureront officiellement ce nouveau bâtiment qui illustre les trois axes d’une banque créée à Salins-les-Bains il y a plus de 130 ans : un projet sociétal, humain, tourné vers la satisfaction des clients.

Yves Quemeneur