France Relance favorise la mobilité propre des professionnels

199
Extension aux véhicules utilitaires légers de la prime à la conversion et au bonus écologique pour les professionnels

Comment concilier écologie et croissance économique : le gouvernement table sur de nouvelles primes à la conversion et le bonus écologique pour inciter les PME, commerçants et artisans à renouveler leur parc de véhicules utilitaires légers.

« Après le succès des aides à l’acquisition de véhicules peu polluants et peu émetteurs de gaz à effet de serre auprès des particuliers (840 000 primes à la conversion et 330 000 bonus écologiques depuis 2017) » selon Bercy, le décret n°2021-977 du 23 juillet 2021 renforce les dispositions d’aides au remplacement des véhicules utilitaires légers, particulièrement ceux qui interviennent en milieu urbain.

Le ministère précise « vouloir accompagner les professionnels dans le verdissement de leurs véhicules, notamment dans les zones à faible émission mises en place par les collectivités locales (restrictions de circulation pour améliorer la qualité de l’air) ». Pour tenir compte des contraintes des artisans et des acteurs de la logistique urbaine dans leur choix de véhicules, le cumul des aides (prime à la conversion et bonus écologique) peut atteindre dorénavant 14 000€ pour les véhicules ayant une charge utile importante.

Les nouveaux barèmes applicables pour les VUL (Véhicules Utilitaires Légers) sont les suivants :

-VUL de moins de 1305 kg (classe I), 5 000€ de prime à la conversion et 5 000€ de bonus écologique

-VUL entre 1305 et 1760 kg (classe II), 7 000€ de prime à la conversion et 5 000€ de bonus écologique

-VUL de plus de 1760 kg (classe III), 9 000€ de prime à la conversion et 5 000€ de bonus écologique.

Tous les véhicules (camionnettes ou véhicules utilitaires légers) dont le taux d’émission de dioxyde de carbone est inférieur ou égale à 20g/km sont éligibles au bonus écologique quel que soit leur prix. Limité à 5 000€, le montant peut être augmenté du coût de la batterie si celle-ci est prise en location.

200 000 premiers servis

Ces nouvelles aides sont plafonnées aux 200 000 premiers véhicules concernés par le barème ci-dessus.

Laurent Lartot, président de la CAPEB25

« Effet d’annonce » selon Laurent Lartot, le président de la CAPEB du Doubs. « Les entreprises artisanales ont du travail. Elles ne sont pas dans une logique d’investissement en véhicules électriques ou hybrides dont le coût reste trop important ». Le patron des artisans du bâtiment du Doubs ajoute un argument de taille « en tant que professionnels, nous récupérons la TVA sur l’achat du carburant…ce n’est plus le moment d’alourdir les charges d’exploitation ». Manuella Morgadinho, vice-présidente de la CAPEB du Doubs et présidente de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat de Bourgogne Franche-Comté ajoute « nos principales difficultés actuelles sont liées à la pénurie de main d’œuvre et aux difficultés d’approvisionnement des certains matériaux ».

Manuella Morgadinho est vice-présidente de la CAPEB 25 et présidente de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat de Bourgogne Franche-Comté

Il semble également que les jeunes ne se bousculent pas à la porte des CFA pour cette rentrée 2021 alors que l’apprentissage est une voie royale pour intégrer tous les métiers du bâtiment, métiers d’avenir en lien avec la transition écologique.

Climat & résilience, favoriser le vélo électrique en alternative au véhicule individuel

La loi « Climat et résilience » adoptée par le parlement le 20 juillet 2021 étend la prime à la conversion à l’achat d’un vélo à assistance électrique ou d’un vélo-cargo à assistance électrique en échange de la mise au rebut d’un véhicule utilitaire polluant. Le montant de la prime s’élève à 1 500€ au maximum.

Si la disposition peut être utile au développement des vélos-cargos électriques (aide plafonnée à 1 000€) pour les livraisons du dernier kilomètre en zone dense urbaine, on n’imagine pas un plombier livrer une chaudière sur le porte-bagages de son vélo, quand bien même serait-il électrique !

« Depuis un an et demi, l’Etat a été aux côtés des entreprises, des commerçants et des artisans pour les soutenir pendant la période de pandémie et les confinements. Il faut lui rendre hommage » conclut Laurent Lartot, le patron de la CAPEB du Doubs, qui reste dubitatif sur les aides à investir dans de nouveaux véhicules propres si les entreprises n’ont pas assez de collaborateurs à mettre derrière le volant !

Yves Quemeneur