France Relance produit son bilan 2020

134
Relancer l'économie nécessite autre chose qu'un simple clic d'ordinateur - photo d'illustration

Propagande pré-électorale du gouvernement ou premier état des lieux du « Quoi qu’il en coûte » macronien, France Relance vient de publier, département par département, les actions pour surmonter la crise économique. Le Doubs ne s’en sort pas si mal !

Volet écologie

En Bourgogne Franche-Comté, l’Etat accompagne 8 plans alimentaires territoriaux pour une agriculture et une alimentation durables, rapprochant producteurs, transformateurs et consommateurs. Région d’élevage, la Bourgogne Franche-Comté bénéficie d’une aide à l’investissement de 14 abattoirs. France Relance accompagne dans la région une trentaine de projets visant à la préservation de la biodiversité et la restauration écologique. Via les agences de l’eau 17 millions d’euros ont été injectés par l’Etat dans les travaux d’infrastructures et d’assainissements pour les communes.

Dans le département du Doubs plus précisément, l’Etat a mobilisé 34,3 millions d’euros dans 64 projets de rénovation des bâtiments de l’Etat : rectorat, école nationale supérieure de mécanique et microtechniques (ENSMM), direction régionale de l’emploi, du travail et des solidarités à Besançon. Le plan de relance participe également au financement de la rénovation thermique des bâtiments des collectivités territoriales du Doubs. Près de 9 millions d’euros de subventions ont permis d’engager la rénovation thermique des gymnases de Besançon, des écoles d’Audincourt et de Frasne ou encore le périscolaire d’Arc-sous-Cicon. C’est aussi l’accompagnement à hauteur de 3,3 millions d’euros en faveur du conseil départemental du Doubs pour rénover le collège de Villers-le-lac ou le centre départemental Enfance Famille.

Verdir la vie des habitants du Doubs

Depuis le mois de juillet 2020, les doubiens ont reçu 1 671 primes à la conversion et 1 356 bonus écologiques pour acquérir des véhicules propres, (électriques ou hybrides). Au niveau régional, France Relance a subventionné le développement des infrastructures cyclables à hauteur de 3,7 millions d’euros. Le site www.maprimerenov.gouv.fr a financé les travaux de rénovation des logements de 2 184 particuliers pour un montant total de 48,7millions d’euros dont 7,4 millions d’aides de l’Etat. Les bailleurs sociaux ne sont pas oubliés. L’Etat a accompagné la rénovation de 337 logements sociaux pour un montant de 3,6 millions d’euros particulièrement à Mandeure, Sochaux, Audincourt, Etupes, Baume-les-Dames ou Pierrefontaine-les-Varans.

Volet Compétitivité

En Bourgogne Franche-Comté, ce sont 285 entreprises qui ont été soutenues par l’Etat depuis 2020 pour un montant de 135 millions d’euros permettant d’engager 800 millions d’investissements pour relocaliser, moderniser et agir sur la transition écologique et numérique. Les baisse des impôts de production a permis de renforcer la compétitivité du territoire national. En Bourgogne Franche-Comté, cela représente 335 millions d’euros pour 25 600 entreprises dont 75,4 millions pour 5 830 entreprises dans le Doubs.

Dans le Doubs, le soutien à l’industrie a bénéficié à 80 entreprises pour un montant de subventions de 36,7 millions d’euros qui a permis la réalisation de 163,3 millions d’euros d’investissements depuis 2020. Le dispositif « Territoires d’industries » a soutenu en particulier SIS à Avoudrey,  Cheval Frères à Besançon et Alstom Transport à Ornans. Le « fonds pour la modernisation du secteur automobile » a bénéficié à 22 entreprises dont Scoder, R. Bourgeois, Faurecia et ITW Rivex. 3 entreprises dans la Doubs ont reçu des fonds « pour la modernisation du secteur aéronautique » dont Alliance SA à Saint Vit. Le soutien à « l’industrie du futur » a permis également d’engager de gros investissements pour des entreprises comme Vielle Matériaux à Merey-sous-Montrond, Vitabri à Besançon ou Brademont aux Fins.

Volet Cohésion

« Un jeune, une solution ». Le dispositif d’insertion a bénéficié à 28 500 jeunes depuis 2020 dans la région. Dans le département du Doubs, 10 114 jeunes ont été insérés dans un parcours d’emploi et de formation grâce à 3 004 primes à l’embauche, 3 713 contrats d’apprentissage et 2 423 services civiques.

L’Etat s’est également mobilisé depuis 2020 auprès des collectivités locales et des associations du Doubs dans leurs actions locales. C’est le cas par exemple avec le recrutement de 20 conseillers numériques dont 10 postes seront financés par l’Etat pendant deux ans à hauteur de 50 000€ pour agir auprès des communes (Sancey, Morteau, Ornans, Grand-Charmont, Besançon, Montbéliard, Baume-les-Dames) et 10 autres postes au sein d’associations œuvrant dans le champ de l’inclusion numérique.

Le volet cohésion accompagne enfin les projets structurants portés par des associations de lutte contre la pauvreté et la précarité. Dans le Doubs, 4 projets ont été engagés pour plus de 300 000 euros et 2 projets pour faciliter l’insertion sociale et professionnelle, en particulier pour faciliter la mobilité : 60 344 euros de subvention à la Mission Locale de Besançon et 86 915 euros à l’association « La Roue de secours ». La précarité alimentaire et l’accès aux biens essentiels a été soutenu sur deux projets, l’un sur la sensibilisation au bien manger à moindre coût porté par « Frip’Vie » de Montbéliard à hauteur de 68 000 euros et 85 000 euros pour la création d’un accueil de jour pour femmes par l’association « Travail et Vie » de Pontarlier.

Le « Quoi qu’il en coûte » du président Macron sera probablement au centre de la prochaine campagne présidentielle. Le « ruissellement » tant vanté par le président de la République déverse sans retenue l’argent public. Pour autant, l’efficacité en matière de création de richesses et d’emplois est-il au rendez-vous ? Les acteurs économiques ont toujours en tête le fameux propos de Georges Pompidou alors premier ministre tenu à un certain tout jeune énarque…Jacques Chirac en 1966  » Mais arrêtez donc d’emmerder les Français ! Il y a trop de lois, trop de textes, trop de règlements dans ce pays ! On en crève ! Laissez-les vivre un peu et vous verrez que tout ira mieux ! Foutez-leur la paix ! Il faut libérer ce pays ! »  55 ans après, la situation a-t-elle changée ? L’arrivée de deux outsiders décoiffants dans la course présidentielle, à défaut de proposer un avenir semé d’étoiles merveilleuses, mettront la relocalisation, le « produit en France », la souveraineté et la citoyenneté au cœur du débat, des sujets intéressants pour les francs comtois.

Yves Quemeneur