“France Urbaine” et l’économie des Territoires à Besançon

133
Michèle Lutz, Maire de Mulhouse et Anne Vignot, Maire de Besançon, les deux co-présidentes de commission de Franche Urbaine étaient réunies au centre des cultures urbaines de Besançon le jeudi 4 février 2021 ©YQ

Michèle Lutz Maire LR de Mulhouse et Anne Vignot Maire EELV de Besançon ont présenté le 4 février les thématiques opérationnelles proposées par l’association Franche Urbaine en matière d’économie des territoires urbains.

France Urbaine, un machin de plus ?

“France urbaine est une association de collectivités qui incarne la diversité urbaine et promeut l’alliance des territoires” annonce la plaquette de présentation de cet organisme porté par des élus de toutes tendances politiques. Il regroupe les grandes villes de France, les métropoles et communautés urbaines ou d’agglomération de plus de 100 000 habitants. 106 membres y représentent 2 000 communes et près de 30 millions d’habitants.

Sans rôle décisionnaire, France Urbaine met en relation les élus pour échanger leurs points de vue et mutualiser les bonnes pratiques de gouvernance. L’association souhaite également influencer le gouvernement et le parlement dans les prises de décision impliquant les territoires urbains. Elle contribue à inciter les collectivités à expérimenter et partager des dispositifs innovants, qu’il s’agisse de la transition écologique, de la politique de la ville ou de l’économie et l’attractivité des territoires.

Démonstration par l’exemple à Besançon

Anne Vignot avait invité ce jeudi 4 février la Maire de Mulhouse dans les locaux du Centre des Cultures Urbaines dans le quartier des Torcols à Besançon. Inauguré le 9 mars 2019, il réunit sur plus de 2 000m² des activités indoor aussi différentes que le BMX, le longboard, le skate, le graff ou du hip-hop. L’expérience bisontine intéressait Michèle Lutz, Maire de Mulhouse depuis 2017, qui souhaite implanter un tel centre à Mulhouse.

Michèle Lutz et Anne Vignot sont toutes deux co-présidentes de la commission “Economie des territoires” de France Urbaine. Si elles ne portent pas la même vision politique  (l’une est élue Les Républicains et proche de Jean Rottner, le patron de la région Grand Est et l’autre écologiste convaincue à la tête d’un exécutif résolument à gauche), elles s’accordent pour “faire converger leurs territoires, y expérimenter des dynamiques « step by step » et pourquoi pas inventer des collaborations économiques pour ces deux agglomérations à mi-chemin de Strasbourg et Lyon” selon les mots de la Maire de Mulhouse. Le tourisme fluvial pourrait être un thème de collaboration pour les deux villes…sans parler de Grand Canal bien sûr !

Yves Quemeneur