Françoise Jeanneret : la force d’une équipe

127
"Sans une équipe efficace et soudée, une entreprise ne peut pas fonctionner."

Françoise Jeanneret est dirigeante de sa société basée à Levier depuis plus de 10 ans. Elle a été finaliste du prix “Femmes Chef d’entreprise” en juillet dernier. Rencontre avec une femme de conviction et de cœur.

Parlez-nous de ce concours organisé par “Les femmes de l’économie” BFC ?
Je ne connaissais pas du tout ce trophée ! C’est une de mes amies qui m’en parlé et transféré un mail dans lequel on pouvait s’inscrire. Je n’avais que 48h pour me décider, avant la clôture des inscriptions; Je me suis dit “pourquoi pas ?” et j’ai postulé.

Quelle a été votre réaction à la réception de la réponse ?
J’ai été surprise et contente ! Nous étions une trentaine dans toute la région à avoir candidaté, pour 6 catégories différentes : femme chef d’entreprise, femme innovation sociale, femme dirigeante, femme chef d’entreprise prometteuse, femme digitale et femme à l’international. Je ne m’attendais pas à être sélectionnée.

Qu’est-ce qui vous a différenciée des autres entreprises ?
Honnêtement, je ne sais pas trop. J’aurai des réponses sans doute plus tard. Mais je pense que les 40 ans d’existence de ma société ont joué en ma faveur. C’est en tout cas ce que j’ai particulièrement mis en avant dans mon dossier.

Que retirez-vous d’une telle expérience ?
La soirée a été très bien organisée et j’ai pu participer à des tables rondes très intéressantes. Il y avait plusieurs thèmes abordés dont “Comment faire du commercial ?” “Comment gérer son stress ?” “Comment développer sa marque employeur ?” Il y avait également un témoignage particulièrement inspirant d’une femme victime de burn-out professionnel et qui nous a parlé de son chemin de reconstruction suite à cela.

Pensez-vous qu’il soit plus difficile pour une femme d’être chef d’entreprise ?
Non, ce n’est pas plus compliqué pour une femme que pour un homme. Il faut bien sûr faire ses preuves, comme tout le monde. Mais surtout, la réussite d’une entreprise ne passe que par un bon travail d’équipe. S’il n’y a pas de bonne équipe, il n’y a pas d’entreprise. Je vous laisse donc deviner la raison du succès de ma société ! Cette place de finaliste récompense le travail de tous mes salariés.

Avez-vous vous toujours été dirigeante d’une entreprise ?
Oui, j’ai commencé dans la région lyonnaise, à Bourgoin Jallieu précisément, en 1992. Je suis paysagiste conceptrice (ex architecte paysagiste, NDLR) et j’avais monté ma première entreprise dans ce domaine. Puis, en 2007, j’ai rejoint mon mari qui avait créé FCE avant d’en reprendre les rênes en 2011.

On vous connaît pour être novateurs et développer de nouvelles idées fréquemment. Quelle est la dernière en date ?
Nous nous sommes lancés dans l’éco-pâturage. Nous possédons un cheptel de 11 solognotes, des brebis robustes et gourmandes ! Elles mangent de tout et participent à leur façon à l’entretien des espaces verts. C’est écologique et, pour les résidents de l’EHPAD du Larmont où elles sont en pâture, c’est une façon inédite de créer du lien social. Certains résidents voient leur mémoire ravivée, elles leur rappellent des souvenirs de leur enfance. Les brebis restent en extérieur toute l’année, mais de novembre à mai, elles redescendent à Bersaillin, où le climat est plus doux.

Comptez-vous agrandir le cheptel ?
Oui, nous avons déjà un mâle sous le coude ! Il n’attend plus qu’une petite visite chez ses nouvelles amies. Nous aimerions vraiment que ce concept d’éco-pâturage prenne de l’ampleur, pour tout l’aspect éco-responsable qu’il dégage, ainsi que ce fameux lien social qu’il crée.