Fumer ou conduire…

52
Pour l'instant, il n'y a pas à choisir. Ni en Suisse, ni en France.

Fumer tue. Y compris au volant ? C’est ce qu’a défendu récemment une conseillère fédérale suisse mais en vain. Il n’y aura donc pas à choisir. Pas plus en Suisse qu’en France.

La législation suisse est claire : « un automobiliste doit éviter toute occupation qui rendrait plus difficile la conduite du véhicule ». Malgré la tentative d’une élue, le législateur n’ira pas plus loin en visant clairement la cigarette. Cette conseillère fédérale s’était pourtant appuyée sur un exemple très concret dont elle a personnellement été victime. Suivant un automobiliste qui a jeté son mégot par la fenêtre, elle a dû s’arrêter d’urgence sur l’autoroute où elle circulait car le déchet encore incandescent s’est coincé dans ses essuie-glaces, pouvant tout aussi bien terminer dans le moteur. Elle en a profité pour rappeler le funeste épisode de l’incendie dans le tunnel du Mont-Blanc en mars 1999. Un mégot jeté avait terminé sa course dans le filtre à air d’un camion qui s’est rapidement embrasé…le bilan a été de 39 morts !

Pour le conseil fédéral toutefois, pas question d’interdire certaines activités, à l’exception de l’utilisation d’un téléphone sans dispositif « mains libres » au potentiel de distraction très élevé. Une interdiction générale de fumer, qui s’appliquerait également aux passagers, nécessiterait au minimum une base légale, précise enfin le Conseil fédéral.

Rappelons qu’en France, un conducteur doit selon la loi adopter un comportement prudent et respectueux envers les autres usagers, se tenir constamment en état et en position d’exécuter commodément et sans délai toutes les manœuvres qui lui incombent.