Gaston y a l’téléfon qui son…

345

Aujourd’hui le téléphone fixe des
particuliers est devenu une servitude avec neuf appels sur dix pourris ou sans intérêt.

La ligne fixe est presque exclusivement monopolisée par l’isolation à un euro (5 fois par jour en moyenne), par les appels de fonds pour les médecins sans frontières, les journalistes sans frontières… Bientôt les douaniers sans frontières ?

Il y a aussi les erreurs si fréquentes dans notre dossier santé. Et la bonne fortune d’avoir été tiré au sort parmi tant d’autres tirés au sort pour aller retirer un cadeau, spécialement réservé à notre nom dans une nouvelle boutique de la ville. Sans parler d’Enedis, du Réseau Distribution de France et de ses promesses pour les moins de 70 ans. Et aussi le pacte énergie solidarité, l’Habitat rural et les
sondages d’opinion.

Le téléphone fixe est devenu le coin poubelle de la communication, sa décharge à ciel ouvert, le dépotoir des encombrants.

Comme il est tentant de détourner sa ligne sur Orange ou sur la Préfecture !

Dans l’immédiat, je vais devoir me résoudre à entreprendre les démarches pour renoncer au téléphone fixe. Elles sont gratuites et ce sera seulement une perte de temps.

Mais tout de même quel progrès dans les communications ! Dans les années soixante il fallait 9 mois pour obtenir une ligne. Aujourd’hui la téléphonie a tellement
progressé que neuf minutes suffisent pour s’en débarrasser.

Viendra, dans quelques années, le moment de se défaire d’internet dont on commence à mesurer les dangers, les risques et les contraintes.