Gastro et varicelle s’invitent dans nos maisons

17
La gastro-entérite a atteint un seuil épidémique

On aurait bien eu envie de les oublier tant elles ne nous manquaient pas ! Mais chaque famille quasiment a pu s’en rendre compte : la gastro et la varicelle, elles, ne nous oublient pas !

Pour la première, le seuil épidémique est enclenché et rares sont les familles à ne pas avoir été touchées par le rotavirus, le principal responsable de la maladie. Les symptômes sont bien connus : maux de tête, douleurs abdominales apportant son lot de joyeusetés, tels que vomissements et diarrhée. Généralement bénigne, bien que fortement désagréable, la gastro-entérite peut être dangereuse chez les personnes les plus fragiles, comme les nourrissons et les personnes âgées. Afin de limiter la propagation, il suffit de se contraindre à quelques règles élémentaires d’hygiène, que l’on soit malade ou non : toujours se laver les mains au savon et, pourquoi pas, avec une solution hydro-alcoolique, après un passage aux toilettes ou si vous avez approché une personne contaminée. Désinfectez votre maison, notamment les poignées de portes et les interrupteurs. La gastro se soigne d’elle-même en 24 à 48h en moyenne mais peut affecter la flore intestinale durablement. Il est souvent conseillé de faire une cure de probiotiques suite à cet épisode. Contactez immédiatement votre médecin si les symptômes sont trop violents et que la menace d’une déshydratation sévère se profile.

La varicelle gagne également du terrain. Maladie dite “infantile”, elle peut toutefois affecter des adultes qui ne l’auraient pas contractée plus jeune. Bénigne chez les enfants, elle peut s’avérer dangereuse à l’âge adulte, et encore plus chez les femmes enceintes. Provoquée par le virus varicelle-zona, la maladie se caractérise par une fièvre légère à modérée pendant environ 48h avant que n’apparaissent les premières vésicules. Ce sont d’abord des petites plaques rouges qui très vite se remplissent d’eau, sous forme de cloques. Les poussées de boutons se font en deux ou trois temps puis, très vite, ils sèchent pour ne former que des croûtes avant de tomber et, parfois, de laisser quelques cicatrices. Le traitement peut se faire à base de pommades cicatrisantes et, en cas de fortes démangeaisons, par des antihistaminiques. Seul votre médecin pourra prescrire un tel traitement et indiquer clairement l’apparition de la varicelle dans le carnet de santé. La varicelle est extrêmement contagieuse et même si elle est généralement anodine, il ne faut pas la négliger. Un petit tour chez le médecin s’impose !