Gestion de l’eau, tous responsables !

270
carrefour des collectivités locales Besançon
Jean-Louis Fousseret Maire de Besançon, Vincent Martin Président de la FRTP, Patrick Genre Maire de Pontarlier et Eric Vermot Président du Cluster éco-chantiers ont présenté le carrefour 2019 des collectivités locales - photo YQ

Ce sera au cœur des enjeux du 8ème carrefour des maires de Franche-Comté les 10 et 11 octobre 2019. Maires et élus des quatre départements francs-comtois ont rendez-vous avec les Maitres d’ouvrage, les Maitres d’œuvre, les financeurs et les entreprises de travaux publics autour de la thématique essentielle de l’eau.

L’aménagement durable des territoires passe par les actions de prévention et d’innovation qui nécessitent des investissements très importants. Pendant deux jours, élus et professionnels des travaux publics, financeurs autour de la Banque des Territoires (Groupe Caisse des Dépôts) ou de la Caisse d’Epargne de Bourgogne Franche-Comté échangeront. Partages d’expériences, recherche de solutions innovantes, les collectivités locales attendent des réponses concrètes à leurs problématiques au quotidien.

Les entreprises de TP sont le cœur des territoires

En Bourgogne Franche-Comté, 1 100 entreprises de travaux publics emploient plus de 10 000 salariés qui dépendent à 70% des commandes publiques. C’est dire l’importance d’un secteur économique composé essentiellement de TPE et de PME, ancrées dans leur territoire, fervents défenseurs de l’économie circulaire. Si le Code des Marchés Publics impose une large ouverture à la concurrence, y compris étrangère, les élus locaux recherchent toujours des solutions de proximité pour une meilleure efficacité au service de leurs concitoyens.

La gestion intelligente des ressources en eau : un impératif pour les collectivités
carrefour des collectivités locales Besançon
“Gestion de l’eau, tous responsables” thématique principale du carrefour des collectivités locales à Besançon le 10 et 11 octobre 2019 – image FRTP

Les récentes périodes de sécheresse ont démontré la fragilité des ressources en eau. Comme le rappelait Patrick Genre, le Maire de Pontarlier “Il n’y a pas si longtemps, il n’était pas naturel d’ouvrir le robinet dans la cuisine”.

Les investissements pourtant importants des collectivités dans l’assainissement demeurent insuffisants au regard des besoins de la population. La ressource en eau et la nécessaire diminution de la consommation seront au cœur des débats électoraux de 2020. Une fois le constat établi, collectivités, syndicats mixtes, entreprises et financeurs vont devoir accélérer les investissements. Alors qu’il faudrait en moyenne 90 ans pour renouveler les canalisations, le niveau actuel se situe à 137 ans. L’absence d’investissements de prévention et d’entretien conduit à une perte d’environ 25% d’eau sur les réseaux. Devant la nécessité impérative d’économiser cette ressource naturelle, peut-être pas inépuisable, collectivités et entreprises vont devoir renforcer les investissements et trouver des solutions innovantes.

Le carrefour des collectivités pour renforcer l’image des Travaux Publics

“Sans les entreprises de travaux publics, rien ne se passe dans les communes et les agglomérations” martèle Vincent Martin, le Président de la fédération régionale de travaux publics en Bourgogne Franche-Comté (FRTP). “Nos métiers ont évolué, l’innovation dans les matériels les rend moins pénibles. Nous sommes un des rares secteurs à offrir un véritable ascenseur social à des personnes parfois éloignées du travail” ajoute Vincent Martin.

En Bourgogne Franche-Comté, la filière emploie 350 apprentis (du CAP à la licence pro) et l’école des TP de Bourgogne Franche-Comté implantée à l’éco-pôle de Besançon, a vocation à devenir le campus des Travaux Publics pour le Grand Est.

Evolution des modes de consommation de l’eau pour les particuliers, les industriels et les agriculteurs, problème du prix d’une ressource qui devient rare, utilisation parfois inutile de l’eau potable et plus généralement les investissements nécessaires pour une vie plus respectueuse de l’environnement seront au centre des discussions des quelques 2  500 élus et responsables de collectivités durant ces deux journées de rencontres.

Yves Quemeneur