Gratuité des secours, un débat délicat

211
Pour l'instant dans le Doubs, seules sont facturées les interventions non urgentes pour detruire un nid de guêpes

Depuis quelques années, les habitants du Doubs se sont habitués à ne plus faire appel aux pompiers pour la destruction de nids de guêpes. Sinon, sauf urgence, l’intervention est payante. Dans d’autres départements, déjà, d’autres missions sont concernées…

C’est en Vendée qu’a été prise une décision importante et forte en symboles par le conseil départemental, gestionnaire du service d’incendie et de secours. Désormais là-bas, cinq types d’interventions effectuées par les sapeurs-pompiers vont être facturées et ce avec un tarif volontairement dissuasif. Ce n’est certes pas une première, sauf que la liste des interventions en question s’allonge un peu plus encore. Ainsi, comme dans le Doubs, la destruction des nids de frelons ou de guêpes va être payante tout comme les ouvertures de portes et déblocages d’ascenseurs, l’assèchement de locaux et la récupération d’un animal. « Ces missions seront facturées uniquement si elles n’impliquent pas de secours à personnes, un danger pour les individus, les biens ou l’environnement. En cas d’urgence de la sorte, les secours interviendront comme auparavant c’est-à-dire gratuitement ». Sinon, chaque intervention non-urgente de ce type sera facturée au prix de 376 euros. « Le coût d’une heure d’intervention avec deux sapeurs-pompiers pendant une heure, l’amortissement de l’engin de secours et l’essence est même plus élevé que le tarif fixé » tient à préciser l’institution pour justifier cette somme dont le montant doit faire prendre conscience également du coût réel des secours pour la collectivité et donc les contribuables. Le SDIS de Vendée entend ainsi pouvoir compte ainsi recentrer ses activités sur les urgences réelles.