Halte à l’ambroisie !

845
L'ambroisie, jolie et dangereuse.

Voilà une plante hautement allergisante qui nécessite quelques mesures drastiques.

Très présente dans la région, l’ambroisie prolifère un peu partout, notamment en raison d’activités humaines (chantiers, déplacements de terre ou de matériaux, …). D’aspect inoffensif, elle est pourtant à l’origine de graves réactions allergiques chez les personnes sensibles, avec des manifestations telles que  rhinites, urticaires, toux, eczéma, conjonctivites, asthme ou encore trachéites. La plante répond d’ores et déjà à un arrêté préfectoral visant à lutter contre sa propagation.
Pour l’éradiquer, il faut déjà bien la repérer. L’ambroisie a une haute tige droite couverte de poils blancs avec des feuilles vert vif finement découpées et des rameaux rougeâtres alternes. Son port est buissonnant assez large, les fleurs monoïques vert jaune deviennent jaunes une fois ouvertes, elles forment des chandelles droites de juillet à septembre-octobre qui produisent le pollen si allergisant. Par la suite, de septembre à décembre, ce seront les graines (akènes) qui apparaîtront pour permettre la reproduction rapide de l’ambroisie.* Il faut savoir que l’ambroisie se plaît à peu près sur tous les sols, surtout ceux laissés nus par une opération de désherbage qui la laisse parfaitement indifférente. Preuve de sa résistance !

Mais alors, comment lutter contre l’ambroisie ? Un arrêté posé en 2017 propose certaines mesures :
Les préfets de département arrêtent les mesures à mettre en œuvre sur leur territoire en fonction du contexte local, et notamment du niveau de présence des ambroisies et du type de milieux infestés (sols agricoles, bords de route, zones de chantier, terrains de particuliers…) ;
Les collectivités territoriales peuvent participer à la mise en œuvre des mesures définies par le préfet, notamment en désignant un ou plusieurs référents territoriaux dont le rôle est, en particulier, de repérer la présence de ces espèces, de prendre part à leur surveillance et d’informer les personnes concernées des mesures de lutte pouvant être appliquées sur leurs terrains ;
Chaque particulier ou chaque entreprise privée est susceptible d’être concerné pour mettre en œuvre des mesures permettant de lutter contre cette infestation (arrachage de pieds d’ambroisie, etc.)
A noter que le pic de pollinisation de la plante se situe fin août et début septembre. C’est donc maintenant qu’il faut agir.

*Source : www.jardinage.lemonde.fr