Halte au feu !

924
La propagation d'un simple feu dans un jardin peut être très rapide.

Le brulage des déchets est interdit et ce pour plusieurs bonnes raisons, notamment en cette période où la sécheresse s’est de nouveau installée.

Le brûlage des déchets, végétaux et autres en plein air est interdit par la loi. Tout le monde devrait le savoir puisque nul n’est censé ignorer la loi. Néanmoins, cette activité est toujours pratiquée, comme une mauvaise habitude que les autorités aimeraient bien voir changer.

Au-delà des possibles troubles de voisinage avec les nuisances dues aux odeurs ou fumées désagréables, le brûlage des déchets verts contribue à la dégradation de la qualité de l’air. Ces brûlages peuvent également être à l’origine de départ de feu dans les jardins en se projetant sur des haies par exemple, pouvant même se propager à des cabanons voire des habitations. D’autant plus quand la végétation est asséchée donc vulnérable comme en plein été.

Des inconvénients et risques bien connus, comme devraient l’être de nombreuses solutions qui existent pourtant pour valoriser ses déchets verts : compostage, broyage, paillage ou encore collecte en déchetterie.

Il est donc plus que jamais utile en cette période estivale de rappeler que cette interdiction est réglementée par la circulaire du 28 novembre 2011 relative au brûlage à l’air libre des déchets verts du Ministère de l’Environnement et le règlement sanitaire départemental. Toute incinération de végétaux est passible d’une contravention de 450 € (article 131-13 du code pénal)