Hau-Doubs. Conseil communautaire : la place de l’eau

58
La CCGP en passe d'intégrer la compétence "eau potable" dans sa globalité

S’il est bien un sujet qui préoccupe particulièrement les maires des communes de la CCGP, c’est celui portant sur l’eau.

Le conseil communautaire de la Communauté de Communes du Grand Pontarlier s’est tenu mardi 29 septembre et a soulevé de nombreux sujets, et acté quelques décisions. Beaucoup de domaines ont été abordés (château de Joux, pompes funèbres, abattoirs …) mais s’il en est que la CCGP évoque pour ainsi dire à chaque séance, c’est bien l’eau. Patrick Genre, président du conseil, en parle en ces termes : “La loi n°2015-991 du 7 août 2015 (NOTRe) a rendu obligatoire le transfert de la compétence « Eau » aux communautés de communes à la date du 1er janvier 2020. L’article 1er de la loi n°2018-702 du 3 août 2018 a introduit un mécanisme de minorité de blocage permettant le report du transfert obligatoire de la compétence « Eau » aux communautés de communes jusqu’au 1er janvier 2026, si 25 % des communes membres représentant 20 % de la population intercommunale s’opposaient à ce transfert avant le 1er juillet 2019. Cette faculté ne concernait pas la Communauté de Communes du Grand Pontarlier (CCGP) qui exerçait une partie de ladite compétence.” Mais désormais, l’édile démontre les avantages à et bénéfices à transférer définitivement et intégralement la compétence “eau potable” à la CCGP. “Nous nous situons en amont du bassin, explique-t-il. L’eau ne nous appartient pas mais de par notre position géographique, nous en sommes responsables. Il est donc important que nous puissions la gérer et la contrôler de A à Z. C’est une décision politique dans le sens noble du terme, qui implique que nous sommes conscients de nos responsabilités.” Toutefois, Patrick Genre soulève un point important : “Nous ne sommes pas prêts !” Cette sentence, martelée une demi-douzaine de fois, vient appuyer la décision déjà prise d’engager deux agents spécifiques, dédiés à cette compétence. De plus, Patrick Genre évoque 2021 comme étant une année de transition avec une convention de gestion signée avec un syndicat, si besoin est. L’édile invite tous les maires des communes à venir poser leurs questions lors des futurs conseils municipaux. “Nous avons quasiment toutes les réponses !” affirme Patrick Genre. Les communes auront ensuite trois mois pour décider si elles veulent conserver ce transfert ou non qui sera définitivement acté au vote à la majorité.