Haut-Doubs. A Métabief, le nouveau dojo retardé par la situation municipale

142
Fabrice Malo, président du Karaté Do de Métabief

Avec d’autres associations, le Karaté Do Métabief espérait racheter la salle du Tertre avant 2022, pour la rénover et ne plus être dépendant de la commune. Mais la situation municipale actuelle à Métabief retarde les échéances. 

Depuis le mois de septembre, le Karaté Do de Métabief (KDM) est revenu sur les tatamis. Une rentrée sportive en demi-teinte pour le club, qui a perdu près de 80 licenciés à cause de la crise sanitaire et de la mise en place du pass obligatoire, passant de 200 à 120 membres.  » Nous avons du fermer quelques sections, car certains bénévoles ne voulaient pas contrôler les pass. Chacun a sa liberté d’action », explique Fabrice Malo, président du Karaté Do Métabief.

Fabrice Malo, président du Karaté Do de Métabief

Un salon de bien-être et des arts martiaux

Pour contre-attaquer la crise sanitaire et faire revenir les combattants, le KDM  organise les 18 et 19 septembre, le salon du Bien-être et des Arts Martiaux, à l’espace Vallières de Labergement-Sainte-Marie, en collaboration avec d’autres associations.

Un rendez-vous qui n’a pas pu être organisé à Métabief, car le club n’a pas encore son dojo. Actuellement, les adhérents s’entraînent dans la salle Paul Charlin, située sur la place Xavier Authier et mise à disposition par la commune. Pour autant, le lieu historique du club reste la salle du Tertre, comptant deux pièces de 100m2, largement assez grandes pour accueillir les 120 pratiquants cette année.  » C’est une situation un peu problématique, car ne pas avoir sa propre salle c’est devoir s’adapter aussi aux envies de chacun et à la place que l’on peut avoir. », poursuit Fabrice Malo.

Pour palier à ce second problème, le KDM a lancé une procédure de rachat de la salle du Tertre, appartenant jusqu’à présent à la commune.  » Il faut que le lieu soit considéré comme fermé depuis au moins 3 mois avec constat d’huissier. Ce sera le cas fin septembre. Vient ensuite, le projet de rachat. L’équipe municipale doit prendre la décision de la vendre.  »

Un projet de 200 000 €… en attente

Mais quelle équipe municipale ? Depuis le 31 août, onze élus de la majorité ont donné leur démission. Un autre processus long et complexe, sur lequel la Préfecture a trois mois pour planifier de nouvelles dates d’élections. Dates qui devront être validées par le ministère de l’intérieur, en prenant en compte d’autres rendez-vous comme les vacances scolaires ou le congrès de l’AMF. Ce sera au plus tard début décembre. Il faudra ensuite encore attendre pour Fabrice Malo, le premier conseil municipal de la nouvelle équipe, en espérant que le rachat de la salle du Tertre soit à l’ordre du jour. En clair, le KDM ne devrait pas avoir sa salle avant 2022.  » C’est dommage car une fois l’accord de la mairie, nous avons des rénovations conséquentes à faire, pour accueillir correctement les licenciés. Avec le rachat, les mises aux normes et les travaux, le montant du projet s’élève à 200 000€. » Le Karaté Do Métabief n’est pas le seul à attendre. Trois autres associations, le judo, l’aïkido et la danse, compte sur les locaux.

Encadré :
Cette démission collective et les brouilles entre le Maire, Gaël Marandin, et ses élus, ont freiné un autre projet : les demandes de subventions pour la création de trois aires de jeux sur la commune. La majorité avait décidé d’ajourner le vote, lors du dernier conseil municipal, alors qu’elle avait planché depuis plusieurs mois sur le dossier. Un choix qui avait consterné l’opposition, à commencer par Gérard Deque. « On va mettre en suspend les subventions, on va se discréditer. Il va falloir refaire un dossier, repartir sur un cycle de deux ans… ».

Martin SAUSSARD