Haut-Doubs, A Pontarlier : Devenir de la Chapelle des Castors: statu-quo

277
La chapelle des Castors cherche toujours preneur. Image France3

A l’image de l’Etat qui a tendance à se séparer de plus en plus souvent de ses biens immobiliers, le diocèse de Besançon souhaite vendre la Chapelle des Castors (1).

L’entretien de ce bâtiment est en effet devenu pour lui une charge trop lourde à porter.
Pour permettre une telle transaction, ladite chapelle, située vers la rue de Doubs à Pontarlier, a été désacralisée par l’institution fin 2019.
Pour autant, la structure, redevenue “civile”, ne semble pas susciter les convoitises d’organismes publics. Depuis la mise en vente, ces derniers se montrent, pour l’instant en tous cas, réticents à y investir.
L’ex-édifice religieux semble davantage intéresser des privés. Le diocèse a bien eu quelques “touches”, mais aucun projet sérieux n’a été, à ce jour, retenu.
Le diocèse ne cache pas qu’il souhaite transmettre l’ex-chapelle à quelqu’un qui saura respecter sa dimension antérieure et en faire un projet “politiquement correct” si l’on peut dire.
L’implantation d’une discothèque par exemple, en lieu et place de l’ex-Chapelle des Castors serait assez malvenue, en ces terres haut-doubiennes, plutôt conservatrices et à fort enracinement catholique.
On pourrait, dans un tel cas de figure quasi-improbable aujourd’hui, y voir également une forme d’irrespect pour les habitants du quartier qui ont œuvré à la construction de cette chapelle dans les années cinquante et soixante.
Gérard Voinnet, candidat aux élections municipales de Pontarlier s’est exprimé sur ce sujet et regrette que la Ville ne saisisse pas (pour l’heure) l’occasion qui lui est offerte de conserver cette partie du patrimoine local, pour en faire par exemple un lieu d’accueil pour les nombreuses chorales pontissaliennes.

(1) En référence au quartier du même nom dans laquelle elle est située, même si elle est aussi appelée chapelle Notre Dame de Lourdes.