Haut-Doubs, A Pontarlier. Évolutions de la clinique St Pierre.

786
Soins de suite, réadaptation et hémodialyse sont les principales activités de la clinique St Pierre.

Fondée en 1956 par le docteur Jacques Henriet, la clinique St Pierre fut dotée d’un service de chirurgie générale et ORL et d’une maternité.

L’établissement est alors géré par des sœurs hospitalières.
En 1962, un nouveau bâtiment est adjoint à l’établissement à l’angle de la rue Emile Thomas et de la rue Emile Magnin. La clinique compte à ce moment-là 57 lits de chirurgie et 15 lits de maternité.
En 1967, le docteur Philippe Henriet prend la direction de la clinique. Les sœurs partent et Louis Jacquin occupera par la suite le poste de directeur jusqu’en 1986.
En 1974, Philippe Henriet s’installe comme chirurgien avec une nouvelle équipe de praticiens.
En 1981, un nouveau bâtiment est construit. Sur quatre niveaux, il abrite 5 chambres particulières et 4 salles de bloc opératoire. A partir de 1987, le groupe Suez gère la clinique.
1993 voit la modernisation des conditions d’hébergement, une refonte complète du bloc opératoire et la création d’une salle de réveil.
En 1994, la maternité est transférée au centre hospitalier de Pontarlier.
En 1995, un centre d’hémodialyse est ouvert, en partenariat avec l’association “Osmose”. La direction médicale est confiée au professeur Chalopin et son équipe de néphrologues du CHU de Besançon. Un service de chirurgie ambulatoire est créé cette année là.
2001 marque la première étape de l’orientation du projet médical vers le moyen séjour avec la création de 15 lits de soins de suite et de réadaptation. La direction est assurée par Patrice Noyé, directeur de la région Est.
Capio, premier prestataire de santé en Europe, devient gestionnaire de la clinique et demande la création de 45 lits de soins de suite.
Depuis 2003 l’activité de soins de suite et de réadaptation se développe. Sa capacité est portée à 60 lits. L’activité chirurgicale est transférée au centre hospitalier de la ville.
La clinique St Pierre est devenu le premier centre de moyen séjour du Haut-Doubs, aux côtés d’une unité d’hémodialyse de 11 postes.