Haut Doubs, A Pontarlier : L’Hôpital Saint-Etienne: d’hier à aujourd’hui.

316
Situé au numéro 12 du Faubourg Saint-Etienne à Pontarlier, l'hôpital du même nom a subi de nombreuses transformations.

Dès le IV e siècle, des asiles pour pèlerins, pauvres et malades sont implantés le long des grandes routes.

Pontarlier, qui est une ville-étape entre les abbayes de Saint-Bénigne de Dijon et Saint-Maurice d’Agaune dans le Valais suisse, fut sans doute dotée assez tôt d’une chapelle et d’un hôpital , probablement au XIIe siècle.
Le premier hôpital attesté est fondé par les sires de Joux et bâti au Faubourg Saint-Pierre. Il est détruit en 1639. Un nouvel hôpital est alors implanté, toujours au faubourg Saint-Etienne. Il est achevé en 1700.

Endommagé par l’incendie de 1736, il est reconstruit en 1740, agrandi à plusieurs reprises et rehaussé d’un étage en 1854. En 1892, un orphelinat lui est adjoint, ainsi qu’un asile pour vieillards. Après plusieurs phases de restructurations et de modernisations successives, il est aujourd’hui le plus important établissement hospitalier du Haut-Doubs.
Il a conservé de la structure primitive, l’ancienne apothicairerie (XVIIIe siècle), deux statues en bois polychromé doré de la chapelle du XVIIIe siècle (un Christ aux liens et une Vierge de pitié) ainsi que l’actuelle chapelle, curieuse construction du XIXe siècle, à la mode byzantine (1897).

Au XVIIe siècle, le service hospitalier était assuré par des religieuses Ursulines auxquelles ont succédé dans le nouvel hôpital Saint-Joseph (1700) des religieuses de l’ordre des Filles de Notre-Dame des Sept Douleurs (congrégation hospitalière issue de Beaune). Depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, le personnel civil les a peu à peu remplacées.