Haut-Doubs. Annie Genevard s’oppose à la diffusion de certaines vidéos

186
Annie Genevard insiste sur le fait que pour maintenir la sécurité en France, il nous faut une police en capacité de faire respecter l'ordre

La proposition de loi visant à interdire toute diffusion d’images de forces de l’ordre dans l’exercice de leurs fonctions datent de plusieurs mois.

Les événements récents qui se sont déroulés aux Etats-Unis (voir notre encadré) ont suscité de vives réactions de la population, notamment à l’encontre des forces de l’ordre qui subissent de plein fouet un désamour déjà largement entamé lors des manifestations des Gilets Jaunes. C’est dans ce climat qu’Annie Genevard, députée de la 5e circonscription a cosigné la proposition de loi d’Eric Ciotti, visant à interdire les enregistrements vidéos de forces de l’ordre dans l’exercice de leurs fonctions. Une décision pleinement assumée par madame la Députée qui considère que la police doit être protégée de ces attaques. Elle ajoute que les événements américains ont fait enfler une polémique autour d’un texte passé totalement inaperçu il y a un mois. Elle ajoute que l’on a jamais vu de policier français maintenir une personne à terre jusqu’à son étouffement. Elle estime ce rapprochement “indigne”. Pour Annie Genevard, il s’agit avant tout de protéger les policiers et leurs familles, parfois victimes de violence lorsque des images tendancieuses sont dévoilées au grand public. Sans la nommer, Annie Genevard fait sans doute référence à l’application “Urgences violences policières” qui permet de filmer les interventions des forces de l’ordre et, le cas échéant, d’envoyer les images aux associations de familles de victimes afin de constituer “des preuves” à l’encontre des agents.
Toutefois, hors de question de laisser impunis des actes malveillants ou délictueux commis par des policiers. Les images saisies seront utilisées à des fins juridiques. Mais en aucun cas, Annie Genevard ne souhaite alimenter de chasse à l’homme et entend bien conserver la sécurité des forces de l’ordre tout en gardant en tête que les écarts de conduite seront jugées à leur juste valeur.

ENCADRE
George Floyd est devenu malgré lui un symbole de la lutte contre les violences à caractère raciste commises par la police américaine. Une vidéo circulant sur le net montre l’homme de 47 ans maintenu à terre par un policier qui lui presse le cou avec son genou. George Floyd répète seize fois qu’il ne peut pas respirer. Il est ainsi maintenu pendant plus de neuf minutes avant de succomber par suffocation. L’affaire prend une ampleur hors-normes aux Etats-Unis et déclenche une vague d’indignations dans les sphères politiques, culturelles et sportives du pays. Des émeutes éclatent, notamment à Minneapolis, lieu du drame. De nombreuses réactions internationales affluent et dès lors, l’affaire prend une tournure mondiale.