Haut-Doubs. Avoudrey/Flangebouche. Un nouveau chef pour le centre de secours

362
Le nouveau chef de centre (2ème à gauche) a déjà une solide expérience. (photo udsp25)

Les 22 sapeurs-pompiers volontaires de ce centre de secours en milieu rural ont désormais à leur tête Paul-Etienne André qui succède à Bernard Billod-Morel. Pour chacun d’eux, c’est une nouvelle aventure qui débute.

Après près de 30 années d’engagement au service de la population, le lieutenant Bernard Billod-Morel raccrochera cet été son casque de sapeur-pompier volontaire. Une longue carrière débutée à Flangebouche où il avait déjà dirigé le centre de secours avant de prendre le commandement de celui créé après le rapprochement avec le voisin d’Avoudrey. « J’ai vécu de l’intérieur l’évolution de nos missions notamment depuis la départementalisation. Aujourd’hui, pour être volontaire, les formations sont lourdes avec pas moins de 200 heures nécessaires au total, sans compter les nombreux recyclages tout au long de l’engagement ». Loin d’être démotivé pour autant, il avoue un vrai pincement au cœur avant de prendre sa retraite. Mais l’esprit de camaraderie qu’il a apprécié chez les sapeurs-pompiers ne va pas s’éteindre puisqu’il a décidé qu’il rejoindra la réserve citoyenne et l’amicale des anciens. Avant cette échéance, il continue à intervenir mais à d’ores et déjà passé la main à son successeur Paul-Etienne André à qui il recommande « passion et écoute des effectifs comme de la population et du courage à lui comme à sa compagne car le soutien des proches est indispensable ».
A 28 ans, le jeune homme est passé par les jeunes sapeurs-pompiers de Sancey, il a aussi servi pendant six ans au sein de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris. Il est professionnel à Dijon et il est également engagé comme volontaire ici où il devient donc officiellement chef d’un centre qui a assuré 130 interventions l’an dernier sur les communes d’Avoudrey, Flangebouche, Epenoy, Longechaux, Passonfontaine ainsi qu’en deuxième appel. Aux trois quarts, ces missions sont du secours à personnes et pour 15% des incendies. « C’est une caserne à taille humaine, dynamique et qui participe volontiers à la vie locale. Sur le plan opérationnel, je mise beaucoup sur la concertation et je lance aussi un appel car nous avons besoin de recruter, des hommes et des femmes pour nous renforcer notamment en journée ».