Haut-Doubs. Cher papy, chère mamie …

352
Les grands-parents sont indispensables à l'harmonie familiale pour une grande majorité des foyers du Doubs.

Cela pourrait être l’en-tête d’une charmante carte postale envoyée par un petit-enfant à ses grands-parents depuis le lieu de ses vacances.

Mais les cartes postales n’ont plus tellement la cote auprès des plus jeunes et désormais, c’est même chez et avec les grands-parents que se déroulent les grandes vacances. Selon la toute dernière étude menée par l’UDAF25 (Union Départementale des Associations familiales), plus de 50% des parents confient régulièrement leurs enfants à leurs propres parents durant les vacances scolaires. Une aide bienvenue et fortement appréciée des deux parties. “Chez papy et mamie, c’est beaucoup plus cool, s’enthousiasme Clémence, 10 ans au compteur. On peut regarder la télévision le soir et mamie a un bocal rempli de bonbons. On demande pour en avoir mais elle dit toujours oui !” Des vacances aux douces saveurs sucrées et qui soufflent un petit air de liberté. “Je suis bien plus détendue avec mes petits-enfants que je ne l’ai été avec mes propres enfants, admet Colette, grand-mère de quatre petits-enfants. Plus souple aussi. Même si il y a des règles à respecter à la maison, je ne suis pas là pour faire leur éducation et j’avoue que je suis une mamie-gâteau.” Pourtant, à en croire l’étude de l’UDAF25, les grands-parents jouent un rôle prépondérant dans l’éducation des plus jeunes. La grand-mère maternelle occupe la place la plus importante dans ce domaine, pour 53% des personnes interrogées. 50% d’entre eux pensent la même chose du grand-père maternel, 36% de la grand-mère paternelle et 30% du grand-père paternel.
On note une relation plus étroite avec les grands-parents maternels. Un sentiment renforcé par la fréquence des rencontres, importante dans le Doubs. En effet, plus de 60% des ménages avouent rendre visite aux grands-parents maternels plus d’une fois par mois. Un chiffre qui retombe à moins de 50% pour les grands-parents paternels. Ces fréquentes rencontres sont majoritairement facilitées par la proximité des lieux de résidence de chacun. Dès que le voyage excède les 30 minutes, les visites sont largement espacées.
Toutefois, même loin, les grands-parents n’hésitent pas à venir en aide à leurs enfants, d’un point de vue financier notamment. En moyenne, 48% des ménages du département ont reçu une aide financière de la part de leurs parents, maternels ou paternels. Ce soutien est majoritairement effectué sous forme de dons (pour 79% d’entre eux) et servent à financer des achats essentiels et des dépenses de la vie quotidienne. Certains grands-parents viennent aussi au domicile de leurs enfants pour leur apporter leur aide pour les tâches ménagères et même les courses. 40% d’entre eux n’hésitent pas à se rendre au chevet de leur petit-enfant malade en cas de besoin. “C’est vraiment rassurant de pouvoir compter sur ma mère, avoue Caroline de Frasne. Lorsque ma fille Chloé est malade, c’est toujours ma mère qui vient s’occuper d’elle quand je ne peux pas faire autrement. Ma fille est entre de bonnes mains et moi, je pars travailler le cœur léger.”

Même en cas d’éloignement, les liens restent forts. Les nouvelles technologies viennent en aide pour maintenir ce lien : mails et appels visio sont largement plébiscités par les plus jeunes qui peuvent parler en direct et visu à leurs aïeuls éloignés. “J’appelais souvent mon papy et ma mamie avec le téléphone de maman pendant le confinement, affirme Valentine, 8 ans. J’aimais bien pouvoir les voir et leur parler en même temps. Sinon, je leur téléphonais aussi. Un peu plus que d’habitude et j’ai continué à le faire.” Les appels sont majoritairement passés à la grand-mère maternelle (pour 75% d’entre eux) alors que les grands-pères paternels ont été sollicités à hauteur de 57%.

Les grands-parents sont indispensables à la vie familiale à en croire une grande majorité des parents du Doubs. 64% souhaitent passer du temps avec eux, 41% aimeraient que leurs propres enfants partagent des passions avec leurs grands-parents, 49% espèrent qu’ils transmettent leurs valeurs et enfin, 37% aimeraient bien qu’ils leur apprennent leur histoire familiale.

Les liens qui lient grand-parent et petit-enfant sont souvent très forts