Haut-Doubs. Détection : à savoir avant de commencer

197
La détection de métaux permet de mettre la main sur des antiquités

La détection de métaux est un loisir de plein air qui suscite des passions ! Quelques règles sont toutefois à respecter.

Louis n’a que 7 ans mais pourtant il se passionne déjà pour la détection de métaux : « J’ai déjà trouvé quelques bricoles, comme des clous et des vis. Mais mon rêve, ça serait de déterrer des pièces anciennes et même un coffre ! En fait, tout ce qui est vieux et précieux. » Armé de son détecteur fraîchement reçu, il sillonne les chemins de terre des forêts à la recherche de trésors enfouis.
Et il n’est pas le seul ! De nombreux chercheurs, de tout âge, quadrillent la France entière munis de détecteurs dont les prix varient du simple au décuple ! Les premiers prix, ne nous voilons pas la face, n’offrent pas de résultats probants. Pour des détections réussies, il est préférable d’y mettre quelques euros au préalable. Vous pourrez ainsi dénicher des petites merveilles à 40 centimètres sous terre.
Toutefois, la détection, bien que libre, est soumise à quelques règles. En effet, L’article L. 542-1 du code du patrimoine énonce que « nul ne peut utiliser du matériel permettant la détection d’objets métalliques, à l’effet de recherches de monuments et d’objets pouvant intéresser la préhistoire, l’histoire, l’art ou l’archéologie, sans avoir, au préalable, obtenu une autorisation administrative délivrée en fonction de la qualification du demandeur ainsi que de la nature et des modalités de la recherche ». Autrement dit, évitez les sites archéologiques ou bien remplissez une autorisation spécifique que vous trouverez sur le site internet : www.cutlure.gouv.fr.
De même, il ne vous est pas permis d’effectuer des recherches dans des prés et champs sans en avoir reçu l’autorisation des propriétaires. Plus largement, il est interdit de faire de la détection sur tout espace privé. Vous pouvez, en revanche, vous rendre sur les plages où bijoux en tout genre et menue monnaie sont régulièrement perdus.
La détection peut s’avérer très utile : « J’avais perdu une boucle d’oreille dans mon jardin, à laquelle je tenais beaucoup, témoigne Aurélie S. de Pontarlier. J’ai fait appel à un ami qui a un détecteur de métal et il l’a retrouvée, enfouie déjà sous la terre. » Les agriculteurs peuvent également faire appel à des possesseurs de détecteurs de métaux, via une association par exemple, pour explorer leurs champs à la recherche de débris métalliques.