Haut Doubs. Football : Le CA Pontarlier veut jouer le haut de tableau mais…

253

Alors que le calendrier de National 3 reprend le 27 août, Jean-Luc Courtet et le CAP terminent leur préparation avec plusieurs joueurs à l’essai, pour de possibles nouvelles arrivées. Après « 2 années Covid », le coach veut d’abord redevenir une équipe solide du championnat.

Les matchs amicaux s’enchaînent et rassurent peu à peu Jean-Luc Courtet. Si le monde du football, espère que cette saison se déroulera dans les meilleures conditions, la dernière rencontre du CA Pontarlier, ce samedi 14 août, a permis au coach Pontissalien de remobiliser les troupes. Face à un concurrent solide (Dijon FCO 2) dont l’effectif était renforcé de quelques joueurs du groupe professionnel, la victoire du CAP a un peu effacé des premiers matchs de préparation poussifs. « La première mi-temps a été très bonne, surtout après la réaction du but encaissé. On a profité d’un moment de flottement en face pour marquer deux fois. En seconde mi-temps c’était plus dur mais la force mental et la solidarité de mes joueurs a permis de conserver un score mérité dans l’ensemble », analyse le coach qui entame sa 21e saison à la tête du club.

Le championnat reprend le 27 août et l’équipe espère encore des recrues.

Déjà quatre recrues mais la priorité reste un attaquant

Pontarlier retrouvera la réserve du DFCO en championnat. L’un des cadors du groupe selon Jean-Luc Courtet. « Il y a quatre ou cinq clubs qui ont des moyens bien plus conséquents que nous. Nous n’avons pas de contrats fédéraux par exemple. Geugnon, le Racing Besançon ou même Jura Dolois sont bien plus armés financièrement pour réaliser une grosse saison. J’ai un bon groupe, j’observe beaucoup de joueurs y compris en catégorie U17 et U19 pour intégrer très tôt les meilleurs. Aujourd’hui dans le groupe sénior 1, il manque quelques joueurs a des postes clés. Un attaquant, surtout un attaquant. »

Si le départ du buteur Julien Chapit à Belfort n’est pas encore compensé, le CAP s’est déjà renforcé avec 4 recrues, dont le CV peut faire rougir plus d’un adversaire. Après Guerlain Bentabet ( Louhans-Cuiseaux, N2), Victor Journet (Valdahon-Vercel, N3) et Zié Diabaté (Libre), le club s’est entendu avec Mady Abonckelet, 23 ans formé au FC Nantes, qui revient de 4 années dans différents championnats Italiens. Des signatures qui laissent présager une saison relevée et une belle surprise, pourquoi pas, en mai prochain. « Pour Mady on a tout de suite vu qu’il était au-dessus. Nous avons mis a l’essai 5 ou 6 autres joueurs mais cela n’a pas été concluant. »

 » Il nous faut surtout un attaquant pour espérer jouer le haut de tableau », assure Jean-Luc Courtet

Profiter de la remontée d’une équipe Bisontine

Après deux ans sans vraie compétition, il y a forcément des interrogations. Depuis 20 ans, le CAP est devenu un club pilier du championnat CFA 2, puis N3 et grimpe dans les plus hautes catégories nationales chez les jeunes. « Nous gardons un esprit amateur malgré tout, par le côté financier, avec des joueurs clubs et tout le monde doit s’intégrer pleinement dans cet optique. Notre formation a permis à d’autres clubs autour de nous de s’armer ces dernières années, comme Morteau ou Valdahon. Mais c’est aussi ce qui nous a permis de briller dans le passé, lorsque Besançon était en National et Ligue 2, nous profitions du ruissellement de joueurs. Avec leur ambition et budget, ce serait aussi bénéfique pour tous les clubs du département de revoir une équipe bisontine jouer dans des catégories supérieures. »

Martin SAUSSARD