Haut-Doubs. Gonsans. Le secourisme au programme des chasseurs

350
Une campagne est lancée pour inciter les chasseurs à se former.

Les mois qui viennent vont notamment être mis à profit par la fédération des chasseurs du Doubs pour inciter ses adhérents à acquérir des gestes et réflexes pour pallier des situations d’urgence.

Pour les 8000 chasseurs du Département du Doubs, la saison se termine après une prolongation devenue habituelle en février afin d’accentuer le prélèvement de sangliers, une espèce devenue source de nombreux problèmes. Les armes vont donc être soigneusement remisés jusqu’en septembre prochain. Un temps que la Fédération va mettre à profit pour proposer plusieurs formations comme l’explique le directeur Pierre Feuvrier : « Nous proposons à nos adhérents d’obtenir un diplôme de secouriste en suivant la formation PSC1 (Prévention et Secours Civiques niveau 1) ». Durant sept heures, les douze volontaires apprendront à donner l’alerte de façon précise et efficace mais aussi à porter assistance une personne en détresse en réalisant les gestes élémentaires de secours en attendant l’arrivée des services d’urgence. En bref, être les premiers maillons d’une chaîne qui peut sauver des vies : « C’est une demande de certains de nos chasseurs à laquelle répond favorablement la fédération qui finance une grosse partie de la formation, 50€ par personne, 10 seulement restant à la charge des candidats ». Bien entendu, les gestes qui seront appris durant ce stage seront utiles pour les chasseurs comme pour tous les autres utilisateurs de la nature, randonneurs ou cyclistes par exemple, qu’ils peuvent rencontrer. « Certains de nos pratiquants sont déjà pompiers ou secouristes au travail mais nous souhaitons aller plus loin avec dans l’idéal une personne formée dans chaque équipe de chasse ».

Dans un autre registre, les mois à venir vont aussi permettre à la fédération d’accentuer les formations sur la sécurité à la chasse, une obligation renforcée par une loi de juillet 2019. « En la matière, nous sommes des précurseurs dans le Doubs où tout le monde est formé depuis 2014 afin de lutter contre les accidents de chasse » conclut le directeur.