Haut-Doubs. Jougne. Les élus unis contre le projet Bel Coster

197
Voilà à quoi ressembleraient nos paysages avec les éoliennes Bel Coster

Le projet est suisse et annonce l’implantation de neuf éoliennes d’une puissance de 3 à 4 MW chacune, sur les crêtes de la chaîne montagneuse du Jura.

Les élus réaffirment vivement leur opposition quant à ce projet qui nuirait profondément à l’économie et au tourisme local. « Les touristes viennent majoritairement chez nous pour la beauté des paysages, affirme Sébastien Populaire, président de l’office de tourisme et cosignataire du communiqué de presse confirmant l’opposition. Si ce projet venait réellement à aboutir tel qu’il est présenté, il constituerait alors un point on ne peut plus négatif sur l’attirance touristique du lieu. De plus, une étude faite en Allemagne a mis en lumière une corrélation évidente et négative entre l’installation d’éoliennes et le nombre de réservations de locations dans le secteur étudié. » Une inquiétude d’autant plus forte que le tourisme rapporte en moyenne 65 millions d’euros de chiffres d’affaires sur le Haut-Doubs.
La commune de Jougne serait fortement impactée visuellement, avec un phénomène d’écrasement et de surplomb ainsi qu’une visibilité des éoliennes sur plus de 30 kilomètres. Enfin, les impacts sur la source qui alimente la commune pourraient eux-aussi être très importants.
C’est pour discuter de ces points qu’une délégation d’élus locaux et nationaux avaient demandé à rencontrer des juges suisses venus mardi 8 juin dernier, suite au recours déposé par la commune de Jougne, l’association « Vivre au pied du Mont d’Or » et d’autres associations suisses. Toutefois, les juges suisses ont estimé que la présence des élus n’était pas souhaitable, ce que déplorent vivement les intéressés. Ils regrettent surtout de ne pas avoir été entendus et affirment, une fois plus, leur opposition à ce projet, en soutien aux élus locaux, à l’ensemble de la population et des associations qui, unanimement, désapprouvent ce projet.
Rien n’est encore défini, tous y croient encore !