Haut-Doubs. La filière bois de la région passée à la loupe

412
La Banque de France a réalisé une vaste étude passant au crible la filière bois dans la région Bourgogne-Franche-Comté.

L’étude a duré cinq ans, entre 2015 et 2020. Elle a été diligentée par la Banque de France afin de dresser un bilan précis sur la filière bois de notre région.

Combien y a-t-il d’entreprises dépendant de cette filière en Bourgogne-Franche-Comté ?
L’étude révèle que 9 681 entreprises (dont 4 607 sont des entreprises individuelles) sont implantées dans la région. Elles représentent 7 % des entreprises nationales issues de ce domaine d’activité (138 159 en province). Les formes juridiques de ces entreprises sont donc majoritairement des entreprises individuelles (41%) et des SARL (25.3%). En Province, on compte 48% d’EI et 29% de SARL.

Comment se définit la structure du tissu d’entreprises ?

On note une légère prépondérance du bâtiment dans la filière bois en Bourgogne-Franche-Comté. Ce domaine représente 38.2% du nombre total d’entreprises en 2019. Il est talonné par l’exploitation forestière et la sylviculture (34.3%), puis par l’industrie (17.3%) et enfin, le commerce (10.2%). « Au sein de la filière régionale, 1 entreprise sur 3 exerce une activité d’exploitation forestière ou de sylviculture, c’est 2 fois plus qu’au niveau national », souligne l’étude.

La région est-elle particulièrement boisée ?
La surface boisée de la grande région Bourgogne-Franche-Comté est de 35.9% (soit deux points de plus que la moyenne nationale), ce qui la classe en troisième position des régions de France les plus boisées. Elle se situe derrière la Corse (58% de sa superficie) et l’ex-PACA (49%).

Les périmètres de l’étude financière
Afin de dresser un bilan concis du poids financier et humain des entreprises de la filière bois, la Banque de France s’est basée sur 698 entreprises structurantes, ayant réalisé un chiffre d’affaires supérieur à 750 000€ en 2019, représentant 10.1 milliards d’euros de valeur ajoutée et employant 16 550 employés (soit 74.8% des effectifs, recensés par Pôle Emploi). La part de la filière bois BFC dans la filière nationale, c’est 7.5% des entreprises, 6.5% de sa valeur ajoutée et 7% des effectifs.

Un export en nette augmentation
Les exportations dans cette filière connaissent un dynamisme important. En effet, durant la période étudiée, elles ont progressé de 1.4 points. Les exportations sont concentrées sur l’industrie (qui réalisent 94% des exportations !) où 63% des entreprises exportent (contre 39% dans l’ensemble de la filière). « Les entreprises situées dans la zone frontalière (10,3% des entreprises de la filière régionale, 10,7% des effectifs, 10% du CA 2019, 11,4% de la VA 2019) sont légèrement plus exportatrices que la moyenne régionale avec un taux d’export de 19,1% en 2019 », souligne la Banque de France.

Décélération observée ces trois dernières années
En 2016 et 2017, la filière a connu une belle croissance avec une augmentation moyenne du chiffre d’affaires de 4%. Une variation en constante progression, observée tous les deux ans. Mais en 2018, on constate une décélération, voire un décrochage, par rapport à la filière bois nationale. En effet, l’augmentation constatée n’est alors que de 1.1% contre 2.9% dans le reste de la France. C’est le travail du bois qui a connu sa plus grosse chute avec -4.3% dans la région, alors que le reste du territoire affichait une très légère progression de 0.4%. Même constat dans l’industrie du papier et du carton, avec un décrochage de 2.8%, contre -0.8% partout ailleurs. La fabrication de meubles connaît la même chute, alors que dans l’Hexagone, on constate une petite augmentation de 0.9%. La conséquence de telles fluctuations a été l’ajustement des effectifs. En 2018, la filière a embauché 0.7% de personnel en moins alors qu’en 2016-2017, elle avait embauché 2.2% de personnel supplémentaire. Toutefois, le recours à l’intérim n’a, quant à lui, pas spécifiquement évolué. Le personnel intérimaire représente une moyenne de 9% de la masse salariale totale.

Rendement global
En Bourgogne-Franche-Comté, le rendement global de la filière est inférieur de 12% à la moyenne nationale. Toutefois, les salaires constatés sont en légère et constante augmentation, sauf dans la fabrication de meubles. La rentabilité d’exploitation progresse régulièrement depuis 4 ans, malgré un écart de 2% en défaveur de la BFC, par rapport à la France.
Retrouvez l’étude complète et des données supplémentaires sur le site www.fibois-bfc.fr.

La filière bois dans la région connaît des fluctuations mais se porte plutôt bien dans son ensemble