Haut-Doubs. L’appli StopCovid en place

104
L'application a déjà séduit des milliers d'usagers

L’application StopCovid lancée par le Gouvernement le 2 juin dernier, a pour vocation de contrer le virus.

L’idée est simple : permettre à toutes les personnes détentrices de l’appli de savoir s’ils ont été en contact avec une personne infectée par le virus. Les utilisateurs sont amenés à télécharger gratuitement l’appli depuis l’Apple Store ou le Play Store. L’objectif est de prévenir l’usager lorsque celui-ci a été en contact avec une personne contaminée. Cela implique que tous téléchargent l’application puisque la personne testée positive doit pouvoir entrer un code à usage unique qui lui a été fourni. Toutes les personnes qu’elle aurait côtoyées à moins d’un mètre et pendant au moins quinze minutes seront averties via l’application qu’elles ont été en contact avec une personne malade, sans toutefois se voir spécifier qui, quand et où. Ces mesures permettront une prise en charge rapide des éventuels futurs cas qui nécessiteraient un traitement ou un confinement. Le téléchargement de l’appli n’est pas obligatoire mais basé sur le volontariat.

La CNIL certifie que les données des utilisateurs sont bien supprimées et qu’elle respecte bien “les droits d’accès et d’opposition” des citoyens. Bien que déjà un million de téléchargements ont déjà été réalisés depuis le lancement, de nombreux Français restent méfiants. C’est le cas de Chrystelle qui affirme : “Je ne téléchargerai pas cette appli, je n’ai pas confiance ! On est déjà assez fliqués comme ça !” Même constat pour Tiphanie qui se demande même en quoi nous pourrions encore avoir confiance ! Valérie ajoute, qu’en plus du manque de place dans la mémoire de son téléphone, elle ne voit pas l’utilité d’une telle application. Carole la rejoint :”Je ne vois pas bien l’intérêt si des personnes refusent, comme moi, de l’installer. Ça ne donnera qu’une tendance des potentiels malades autour de soi, et j’ai même peur qu’on pense être protégé avec cette appli !”
Aurélie, quant à elle, a déjà installé l’outil : “On a installé l’application oui. Mais il faut que tout le monde joue le jeu sinon ça n’a pas d’intérêt. Quant à ce débat sur les données personnelles à l’heure de google, Facebook, Alexa, Siri, etc… je crois que c’est un peu étrange de s’en inquiéter maintenant…Non ?”
Un sujet qui divise à l’heure où la confiance s’effrite et que nous doutions de tout ce qui peut être mis en place.