Haut-Doubs. Le CAP Tennis a repris la saison sur ses nouveaux courts

Le CAP Tennis a repris sa saison sportive en retrouvant la totalité de ses licenciés. Une belle récompense pour le club qui peut aussi compter sur deux nouveaux terrains rénovés.

96
Sylvianne Badoz est présidente du CAP Tennis

Les allées et venues ne s’arrêtent presque jamais dans les locaux CAP Tennis, situé rue du stade. Les parents et accompagnateurs observent les entraînements, pendant que les enfants entrent sur les courts intérieurs, quand d’autres, après une séance intense, ont encore de l’énergie pour se ruer sur le baby-foot et les canapés du club-house. C’est ici que nous attends la président, Sylvianne Badoz. Pour elle et les salariés, les mercredis sont des journées chargées. A la tête du club depuis 2014, la présidente vient d’être réélue et veille au bon fonctionnement de la vie de l’association.

Au CAP Tennis, le lancement de cette nouvelle saison a permis de retrouver tous les adhérents. Ils sont aujourd’hui 300 licenciés.  » Nous comptons 270 adhérents au club, car certains licenciés ne le sont pas encore. Il y a 151 jeunes à partir de 4 ans, et 146 adultes. Nous arrivons à faire jouer tout le monde avec deux paramètres à prendre en compte : l’âge et le niveau. Nous sommes agréablement surpris par cette reprise ! « , se félicite Sylvianne Badoz.

Deux nouveaux terrains neufs

Avec neufs terrains, trois courts intérieurs et six en extérieur, la capacité du club est vaste. Deux d’entre-eux ont été changés cet été. Un projet salué par les joueurs du Tournoi de Pontarlier en août dernier, qui ont pu profiter de ces terrains tout frais. « Ils sont faits en résine, comme nos courts intérieurs, ce qui crée une homogénéité. Les prochains travaux concerneront sûrement le terrain enfant, où un gros travail est nécessaire. », poursuit la présidente. De quoi attirer de nouveaux membres et d’atteindre une compétitivité plus forte, espère Sylvianne Badoz.  » Nous manquons de joueuses filles pour la compétition. L’idéal serait d’avoir une équipe femme et une équipe homme au niveau national, comme ce fut le cas par le passé. Nous sommes actuellement en Régionale 1, c’est donc faisable. »

Martin Saussard