Haut-Doubs. Le Châtelot, véritable lien franco-suisse

Ce barrage transfrontalier fait la fierté des riverains des deux pays et fascine depuis des décennies tant il est un symbole fort de ce que peuvent faire ensemble français et suisses. Un bel exemple de coopération mais pas seulement.

148
En période de crue, le spectacle est impressionnant!

Construit de 1951 à 1953, le barrage du Châtelot se trouve en aval de Villers-le-Lac, là où Doubs s’enfonce dans une vallée profonde et sinueuse, formant de profondes gorges. C’est ici qu’a été érigé entre France et Suisse cet ouvrage d’art aux dimensions impressionnantes. La structure de 74 mètres de haut qui retient quelque 20 millions de m³ d’eau et alimente près de 22 000 foyers. On peut y accéder par la commune française du Barboux et descendre en voiture ou à pied par les sentiers balisés. Mais un autre accès est possible depuis les Planchettes sur le versant suisse.

La concession bientôt rediscutée

Dans la cadre du Forum Transfrontalier, deux réalisateurs suisses Amandine Kolly et Marcel Schiess ont décidé d’en faire un film, une déclaration d’amour sur une entreprise, des hommes, un paysage. Il est rappelé que l’ouvrage est la propriété de la Société des Forces Motrices du Châtelot, une société de droit suisse détenue par des actionnaires suisses et français répartis paritairement. Quant à la gestion technique, administrative et financière, l’exploitation ainsi que l’entretien des rives, ils reviennent aux suisses de Groupe E2.

Les questions stratégiques, environnementales et techniques sont également posées. Différentes problématiques sont à prendre en considération, notamment l’augmentation croissante de la consommation d’électricité alors qu’un mode de production important comme le nucléaire est en recul. La production hydroélectrique revient donc au premier plan alors que l’évolution climatique rend les amplitudes saisonnières d’eau de plus en plus difficiles à gérer. C’est dans ce contexte que la concession du barrage du Châtelot sera rediscutée à l’horizon 2028. La solution envisagée pourrait inclure les barrages voisins de La Goule et du Refrain