Haut-Doubs. Le nombre de naissances baisse dans la région

97
Le taux de fécondité des femmes de la région est en moyenne de 1.8 enfants

En 2019, 26 300 bébés ont vu le jour en Bourgogne-Franche-Comté. Ils étaient 43 900 en 1965. L’INSEE décrypte ces chiffres.

Durant les Trente Glorieuses, le nombre de naissances a explosé, créant ainsi le fameux Baby Boom. A l’issue de cette période faste, le déclin s’est amorcé et semble s’accélérer depuis 2015.Le nombre des naissances a chuté entre 1965 et 2010 de 35%. Au début des années 70, on note que les couples aspirent à avoir moins d’enfants qu’avant. Une démarche facilitée par la planification des naissances, facilitée par les pilules contraceptives ou encore les stérilets. Selon l’INSEE, le nombre des naissances baisse significativement entre 1970 et 1980. Ensuite, on assiste à un léger rebond de la fécondité avant de la voir à nouveau décliner depuis 2010.
Ces chiffres s’expliquent d’abord par la baisse de la fécondité. En 2019, les femmes de la région ont en moyenne 1,8 enfants, contre 2 en 2010. Ensuite vient le nombre de femmes en âge de procréer. En 2019, la région comptait 551 300 femmes âgées de 15 à 49 ans, soit 8% de moins qu’en 2010.
Dans le Doubs plus précisément, l’année 2019 a vu naître 5 817 bébés exactement, contre 8 877 en 1965. Cela représente 1,78 enfants par femme ainsi qu’une baisse de 34%.

Une saisonnalité déplacée

Au début des années 70, on assistait à un pic des naissances au début du mois de mai. Les vacances d’été semblaient rendre amoureux ! De plus, à cette époque, hors de question d’avoir un enfant en dehors du mariage. Et comme l’été est la saison par excellence de la célébration des noces, il y a fort à parier que la conception coïncidait avec l’union. Quant au creux des naissances, à cette même époque, il se situait en novembre.
Les données ont évolué et c’est désormais en juillet que l’on assiste à un pic des naissances avec 2300 bébés en moyenne dans la région entre 2015 et 2019. Quant au creux, il se déroule désormais en février, avec 1900 bébés en moyenne. Un chiffre qui peut s’expliquer par la durée raccourcie du mois en question.
Il y a même une journée précisément qui se détache : le 20 juillet. Entre 2015 et 2019, il s’agit du jour où l’on assiste au plus important nombre de naissances. En 1970, ce fameux jour était le 30 avril.
Les jours contenant le moins de naissances sont le jour de Noël et le jour de l’an. Une des raisons évoquées est l’aspect férié de ces jours. Par conséquent, les accouchements médicalisés sont programmés aux jours périphériques.