Haut-Doubs. Le Téléski de la côte de Bonnevaux au coeur du grand projet « Hivers d’hier et d’ici »

Sous l'égide de la Communauté de Communes Frasne-Drugeon, deux associations et un groupe d'auteurs se sont unis pour présenter, à Bonnevaux, du 27 novembre au 30 décembre, une animation culturelle autour des hivers, des loisirs liés à la neige et de la sortie du livre "Le Téléski de Bonnevaux, une aventure humaine".

854
Le Téléski était le rendez-vous immanquable pour les habitants de Bonnevaux et des communes voisines pendant près de 15 ans.

Il fut un lien social permanent à Bonnevaux et pour les communes alentours pendant près de 15 ans. Le téléski, fonctionnel dès 1971, réunissait les sportifs sur la piste, les bons-vivants en bas près du chalet, rue des Épicéas, les jeunes et les anciens. Un patrimoine local mis à l’arrêt en 1986, à l’origine aussi de la création de la communauté de communes de Frasne-Drugeon.

L’histoire du Téléski à travers un livre

Les acteurs locaux ont décidé de lui rendre hommage et de rappeler à toute une génération cette partie de leur histoire. Pendant près d’un mois des expositions culturelles et animations sportives se dérouleront sur le secteur de la communauté de communes, avec comme point de départ la sortie du livre  » Le Téléski de Bonnevaux, une aventure humaine « . Le projet émane de cinq passionnés, nostalgiques aussi de cette attraction qui a bercé leur jeunesse.  » Le curé du village était très remonté, il y avait plus de gens au pied du téléski qu’à la messe ! « , sourit Eric Delacroix, l’un des co-auteurs. A ses côtés François Nicod, Joël Guiraud et le photographe Jean-Claude Uzzeni ont retracé, bénévolement, l’histoire du Téléski de la côte de Bonnevaux pendant plusieurs mois.  » Ce livre permet aux gens de retrouver leurs racines à travers l’histoire du téléski. Nous avons skié depuis tout jeunes. Il fallait rendre hommage à tous ses bénévoles qui ont oeuvré pour que ce téléski fonctionnent. Des gens se sont décarcassés de façon complètement désintéressée, nous devions raconter leur histoire. C’est une aventure humaine. », poursuit Eric Delacroix.

Téléski de Bonnevaux

Un mois d’animations culturelles et sportives

En cours de finalisation, le livre  » Le Téléski de Bonnevaux, une aventure humaine  » sortira la 27 novembre.  » Il y a aussi une partie qui permet de voir comment, sur le terrain, nous pouvons pratiquer des activités sans neige », poursuit Eric Delacroix. Ce sera aussi l’une des missions du ski-club Frasne-Drugeon, qui propose jusqu’au 30 décembre, plusieurs randonnées à travers les dix communes.

Le 27 novembre toujours, une première journée totalement gratuite et ludique proposera dès 9 h un retour sur les traces du téléski, avec les explications historiques nécessaires. On aura ensuite un test chronométré de la montée du téléski à pied ou en raquette, selon le temps. La neige est de moins en moins présente et c’était aussi l’une des raisons de la fermeture du téléski. », explique Jean-Luc Girod, président du ski-club. Lui aussi a profité du remonte-pente dans sa jeunesse, mais plus rarement, préférant le ski de fond.  » Le ski club était propriétaire du téléski dans ses dernières années de fonctionnement. En fait le club s’est créé en 1984, entre autre pour ça et pour développer le ski nordique. Il s’appelait à l’époque  » ski club de la Haute Joux ».

En 2005, lors de la création de la communauté de communes, le ski club prend le nom de Frasne-Drugeon et compte aujourd’hui 130 adhérents, beaucoup d’enfants. Ce lien d’histoire entre le téléski et les différentes communes, est également entretenu par l’association culturelle de la Rivière-Drugeon et son groupe patrimoine, dont Danielle Grillon en est la trésorière.   » Ce grand projet culture est un moyen de faire connaître aussi ce qui était l’hiver depuis la fin du XXe siècle. Nous sommes la mémoire et le patrimoine des 10 villages de la communauté de communes. Pour repartir après le Covid, nous cherchions un événement et la Com’Com a permis de tous nous fédérer autour de ce projet  » Hivers d’Hier et d’Ici  » comme celui de ce mois d’animations. »

Une belle initiative dont l’écho résonnera dans beaucoup de têtes et de coeurs d’habitants  » du Haut « .

Martin SAUSSARD