Haut-Doubs. Les changements de ce 1er juillet

211
Le congé paternité sera allongé de deux semaines à compter du 1er juillet. Une mesure parmi tant d'autres, comme de tradition en ce début de l'été.

Chaque année, c’est la même chose : le 1er juillet rime avec changements notables, généralement pour notre portefeuille qui gémit un peu, ou se réjouit, parfois. Mais pas seulement.

Comme une mauvaise tradition, le prix du gaz connaît une hausse en ce début d’été. Et pas n’importe laquelle puisqu’on parle d’une flambée de 10% ! Les foyers utilisant cette énergie verront donc leurs factures augmenter ostensiblement. Toutefois, si l’on se réfère au tarif de janvier 2019, nous ne pouvons constater qu’une augmentation de 1.1%. La raison vient d’une baisse consentie durant la crise de la Covid-19.
Le congé paternité s’allonge. Désormais, les nouveaux pères pourront profiter de leur bébé pendant 28 jours calendaires, contre 14 auparavant. En cas de naissance multiple, la congé paternité passe à 32 jours calendaires. Une bonne nouvelle pour les papas comme pour les mamans. Ce congé doit être pris dans les 4 mois suivant la naissance de l’enfant. Le congé d’adoption se voit lui aussi augmenté, passant de 10 à 16 semaines.
Les indépendants travaillant en libéral peuvent souffler. En effet, jusqu’à présent, ils ne pouvaient bénéficier d’indemnités journalières en cas de maladie qu’à partir du 91e jour d’arrêt maladie. Désormais, ils pourront en bénéficier dès le 3e jour comme tout salarié du privé. Ce nouveau régime concernera les professionnels libéraux affiliés à la Caisse nationale d’assurance vieillesse des professions libérales (CNAVPL). Sont donc concernés les pharmaciens, les vétérinaires, les professionnels libéraux du secteur médical, les notaires, officiers ministériels, officiers publics et des compagnies judiciaires, experts automobiles, experts‑comptables, agents généraux d’assurances, commissaires aux comptes, les architectes, géomètres, ingénieur-conseil ainsi que les économistes de la construction. Seuls les avocats, ne relevant pas de la CNAPVL, ne sont pas concernés.

Les travaux dans la maison : du bon, du moins bon

D’autres changements concernent les primes reversées aux propriétaires en cas de rénovation énergétique. Ma PrimeRenov’, par exemple, sera étendue à davantage de bénéficiaires. Jusqu’à présent, elle concernait les propriétaires occupants mais dès maintenant, elle s’étend aux propriétaires bailleurs. Ces derniers pourront ainsi exécuter des travaux conséquents au sein des logements qu’ils louent tout en bénéficiant d’un coup de pouce financier de l’Etat toujours bienvenu. Ils pourront profiter de cette prime pour maximum trois logements mis en location. Il est considéré qu’en France, 7 millions de logements pourraient bénéficier de cette prime.
Une mauvaise nouvelle vient ternir ce beau tableau. Les fameux travaux liés à l’amélioration de la performance énergétique ne pourront plus revenir à l’euro symbolique. En effet, en fonction des revenus des ménages et des énergies utilisées, il était possible de faire réaliser des travaux importants dont la facture finale s’élevait, primes déduites, à 1 euro. Ce système va progressivement disparaître. Une décision prise compte tenu du nombre très important de fraudes de la part d’entreprises malhonnêtes qui ont su profiter de ce système au détriment de la qualité des travaux… quand ils étaient réalisés ! Il existera cependant une aide appelée « Coup de pouce » qui viendra en support de travaux d’isolation des combles et des planchers » et qui courra jusqu’en juin 2022. Mais les sommes reversées ne seront plus aussi importantes.

Le nouveau DPE entre en vigueur

Déjà bien connu dans le monde de l’immobilier, le DPE (Diagnostic de Performance Energétique) a pour vocation de déterminer les performances énergétiques des logements ainsi que de mesurer le taux d’émission de gaz à effet de serre, le tout sur une échelle de A (logement très économe) à G (logement hautement énergivore). Ces deux notes seront obligatoires et c’est la pire des deux qui sera attribuée au logement. Les nouvelles façons de procéder auront des conséquences sur plus d’1.4 millions de logements qui, en fonction de leur mode de chauffage, verront leurs notes globales basculer du bon ou du mauvais côté. Problème : les logements estampillés F ou G ne pourront plus être proposés à la location d’ici quelques années. De plus, les notes de DPE ont une influence importante sur le prix des biens en vente.

En vrac…

D’autres changements sont à prévoir, à la baisse : les primes accordées à l’achat de voitures électriques neuves par exemple diminuent de 1 000€. Même son de cloche pour les voitures hybrides rechargeables, dont les aides disparaitront complètement en janvier 2022. Côté moteurs thermiques, il n’y aura plus du tout d’aides pour l’achat d’un véhicule diesel et seules les voitures à essence répondant au Crit’Air 1 pourront y prétendre.
Le transfert du Droit Individuel à la Formation, c’est terminé ! Les salariés du privé avaient jusqu’au 30 juin pour faire inscrire leurs heures de DIF dans leur Compte personnel formation (CPF).
Enfin, finissons sur une note positive : les concerts debout sont de nouveau autorisés, avec une jauge de 75% en intérieur et de 100% en extérieur. Pour les événements rassemblant plus de 1.000 personnes, l’accès est réservé aux détenteurs d’un “pass sanitaire” (vaccination complète contre le Covid-19 ou test négatif de moins de 48 heures) et le port du masque n’est plus obligatoire, mais seulement recommandé. Toutefois, en dessous de 1.000 personnes, le port du masque reste imposé.

Les concerts debout, interdits depuis mars 2020, sont à nouveau autorisés