Haut-Doubs. Loray. Les haies reviennent dans le paysage

240
Autrefois éliminées, les haies retrouvent une bonne réputation...

Elles ont de multiples raisons de séduire à nouveau les exploitants. Les haies retrouvent peu à peu leur place et reprennent leur rôle naturel souvent méconnu.

Dans les années 80, les haies qui se trouvaient dans les pâtures étaient considérées comme des obstacles et elles ont très souvent été détruites partiellement ou en totalité et ce avec des aides financières incitatives… C’est aujourd’hui tout le contraire ! « C’est le résultat d’une prise de conscience » souligne Emilia Pachot chargée de mission à France Nature Environnement (FNE). Une association qui a été missionnée par le syndicat mixte (SMIX) du Dessoubre d’informer et convaincre les agriculteurs du bassin versant de replanter. « Un projet a déjà été mené à terme à Orchamps-Vennes, un est en cours à Loray et deux autres sont à venir à Guyans-Vennes et Laval-le-Prieuré » précise-t-elle.

Ces agriculteurs sont volontaires et investissent personnellement puisque seules 50% des dépenses engagées sont prise en charge par la région Bourgogne Franche-Comté qui soutient ce dispositif : « Planter des haies n’est pas seulement un atout pour le paysage mais c’est aussi tout un écosystème qui renaît permettant ainsi de retenir les eaux pluviales, de faire office de brise-vent et d’accueillir une biodiversité qui tendait à disparaître. Par exemple des prédateurs des campagnols ».  Autre plus value pour l’agriculteur, il redonne grâce aux haies plus de nutriment dans le sol donnant ainsi des prairies de meilleure qualité. « Et donc un meilleur rendement et du lait meilleur lui aussi pour la production fromagère » poursuit la spécialiste.

Avec des plants de deux ans, ces nouvelles haies mettront une dizaine d’années avant de s’installer durablement. Un vrai pari sur l’avenir et pour une agriculture raisonnée et raisonnable.