Haut-Doubs. Maîche. Des caravanes indésirables cet été

162
Les maires comme les habitants ne peuvent que subir de telles situations.

Comme beaucoup de ses collègues, le maire de Maîche a du faire face cet été à une installation irrégulière de gens du voyage. Et s’est trouvé bien démuni pour faire respecter la loi.

« J’ai beaucoup de respect pour les gens du voyage et pour leur choix de vie » explique d’emblée le maire de Maîche Régis Ligier qui a eu à faire face à une installation sauvage de plusieurs dizaines de caravanes au mois de juillet : « Mais je déplore et je condamne leur attitude qui consiste à envahir un terrain qui n’est pas du tout destiné à les accueillir alors que nous avons une aire pour eux aux Tuileries ». L’élu souligne d’ailleurs que compte tenu de sa population, moins de 5000 habitants, la ville n’est pas légalement tenue de proposer aux gens du voyage une telle installation mais que ce choix a néanmoins été fait avec la communauté de communes du Pays de Maîche.

« J’ai rencontré ces personnes avant leur intrusion pour essayer de les convaincre de ne pas envahir les abords du stade et des courts de tennis mais rien n’y a fait. Ils ont forcé le portail et sont passés » déplore-t-il, se retrouvant ainsi devant le fait accompli avec une cinquantaine de caravanes sur un terrain inapproprié et sans rien de prévu pour l’eau et l’électricité. Il a donc fallu s’adapter et faire face également à la colère des riverains qui se sont rapidement plaint de nuisances.

« Le Préfet a été saisi comme le veut la procédure mais entre ce moment-là, l’arrêté d’expulsion qui en découle et la possibilité de le contester les jours passent et comme ils le savent bien, ils jouent la montre… ». Finalement, les gens du voyage sont restés sur place 15 jours sans que la mairie ne puisse rien faire de plus « à part nettoyer et remettre en état après leur départ ». Une situation qui se répète chaque été dans le Haut-Doubs notamment et toujours aussi incompréhensible par les élus comme par la population.