Haut-Doubs. Maîche. Des montres made in Pays Horloger

659
Marc Gauthier présente la première née de sa collection.

Originaire du Haut-Doubs et horloger de profession, ce maîchois de 31 ans avait un rêve, créer sa propre marque de montres. C’est désormais chose faite, avec l’arrivée dans ce secteur économique dominé par les grandes marques, de Pinet-Montrivel.

« Après un BTS microtechniques obtenu au lycée de Morteau j’ai travaillé en tant que dessinateur puis chef de projet dans l’industrie horlogère en Suisse chez Tag Heuer » explique Marc Gauthier qui avait donc devant lui une belle carrière. « Mais je me suis toujours intéressé au monde de l’entreprise avec très tôt l’envie d’en créer une en apportant ma propre vision de la création, un état d’esprit nouveau ». Dix années d’expérience, un projet novateur axé sur ces racines familiales et voilà l’aventure lancée. « Ces racines que l’on retrouve dans nos souvenirs auprès de nos grands-parents m’ont d’ailleurs inspiré le nom de Montrivel ». Comme un clin d’œil aux montagnes du massif du Jura et aussi aux paysans-horlogers d’autrefois qui durant les longs hivers œuvraient à la fenêtre. Pour se différencier des grandes marques qui pour beaucoup ont pris un virage technologique, il a souhaité aller à contre-courant avec des montres automatiques. « A rebours des tendances actuelles, elles invitent à la déconnexion pour mieux se ressourcer, changer son rapport au temps et revenir à l’essentiel » détaille le créateur. « J’ai voulu que cet objet intime soit un bijou avec à la fois des lignes sobres et une touche de peps ».

Ce souhait d’imposer Pinet-Montrivel tel un symbole de l’excellence à la française sur un territoire, le Pays Horloger, qui tire son nom de ce passé prestigieux, se concrétise par un partenariat avec un assembleur local : « C’est l’entreprise Michel Epenoy forte d’une expérience de 50 ans dans le domaine qui va s’en charger et qui assurera également le service après-vente ».

Dans l’air du temps, Marc Gauthier souhaite afficher la préservation de l’environnement dans son ADN, la jeune. « Les montres sont robustes et conçues pour durer de nombreuses années. Sas piles, elles sont aussi recyclables à 80% ». Des arguments qui accentuent l’esprit nature et le retour à l’essentiel dans une société où le temps est source de stress.

Preuve que le jeune créateur a sans doute vu juste, la campagne lancée sur une plateforme de financement (https://fr.ulule.com/montre-pinet-montrivel/) a déjà dépassé l’objectif fixé à 100 montres vendues. Ce retour à l’authentique est peut-être le début d’une belle histoire horlogère. Le temps nous le dira.