Haut-Doubs. Maîche. Le coq veille à nouveau sur la ville

264
Le coq a retrouvé une seconde jeunesse et sa place en haut du clocher.

Emblème de nos ancêtres les gaulois, le coq trône aussi depuis des siècles sur bon nombre d’église en France. Maîche avait perdu le sien mais cocorico…il est à nouveau en place !

Au-delà de sa fonction de girouette pour indiquer le sens du vent, un coq qui orne le clocher d’une église a une véritable signification religieuse puisqu’il est l’animal qui annonce l’arrivée du jour, donc le passage de la pénombre à la lumière, symboliquement comme peut le faire la foi selon les catholiques.

Le coup de foudre subi par le coq du clocher de l’église de Maîche aura finalement été double. Au sens propre, il a subi la colère de la nature et s’est retrouvé au sol en mauvais état. Mais cet événement a aussi permis de rendre compte de l’attachement de la population à ce symbole. La ville a donc décidé de le restaurer et même de l’exposer au public dans le hall de la mairie avant qu’il ne retrouve sa place à quelques dizaines de mètres du sol.

Ce retour ne pouvait donc se faire dans la discrétion. Une fête a donc accompagné ce retour du coq avec présence de l’harmonie et verre de l’amitié offert sur place. Pour aller plus loin encore dans la symbolique, un cylindre a été placé dans la tige qui soutien le gallinacé avec à l’intérieur un parchemin…Un texte rédigé par le maire et le groupe d’adolescents « Oxy’jeunes » explique ce qu’est la vie à notre époque, « un constat alarmiste avec aussi un message d’espoir ». Dans plusieurs siècles, si le coq quitte à nouveau son piédestal, de lointains descendants auront donc la surprise de découvrir ce témoignage d’un autre temps.

A noter enfin que des travaux de remplacement de tuiles, de vérification de la fixation du crucifix et de maintenance du paratonnerre ont été menées dans le même temps.