Haut-Doubs. Maîche. Le projet de recyclerie avance

232
L'ouverture est prévue au début de l'année prochaine.

Les travaux de construction se poursuivent sur le terrain tout comme ceux des commissions thématiques mises en place pour faire connaître la structure et préparer son ouverture prévue dans quelques mois.

« Dès la mise en place de la redevance incitative sur le territoire de la Communauté de Communes du Pays de Maîche (CCPM), des usagers nous ont fait part de leur intérêt pour la mise en place d’un tel système afin de redonner vie à certains objets » explique Céline Renaud, responsable du projet de recyclerie. « Préval, le syndicat mixte de prévention et de valorisation des déchets du Haut Doubs a ensuite mené une étude de faisabilité qui a confirmé le potentiel d’une telle structure ». Depuis, plusieurs réunions publiques ont été organisées pour permettre aux habitants de partager leur vision d’une recyclerie et de ce qu’il pouvait chacun apporter.  Une recyclerie contribue à limiter le gaspillage et à réduire les déchets mais aussi mettre en place une filière locale de réemploi et de revente en valorisant les objets déposés. A l’aspect environnemental s’ajoute également un volet social puisque la création de la recyclerie s’accompagnera de la création d’emplois d’insertion.

Voulu fédérateur et participatif, le projet a déjà mobilisé de nombreux bénévoles venus réfléchir et apporter leurs idées, des volontaires désormais regroupés dans une association créée en fin d’année dernière avec à leurs côtés des structures de réemploi basées à proximité comme Emmaüs le Russey, Frip’vie et Envie. « Trois commissions thématiques sont au travail. L’une pour assurer la communication et la sensibilisation à l’environnement. Une deuxième concernant le tri, la valorisation et la vente qui s’appuie sur les expériences d’autres structures existantes. Et une dernière pour encourager les acteurs du territoire à rejoindre un grand réseau de partenaires ».

Concrètement, sur le site des Tuileries, à proximité de la déchetterie, les premiers coups de pioche ont été donnés. C’est là que sortira de terre le bâtiment qui abritera la recyclerie : « Une construction à énergie positive dont certains éléments proviendront de la déconstruction d’autres bâtiments » souligne la responsable. Avant l’ouverture au public espérée fin d’année 2020 ou début de l’année 2021, selon l’évolution de la situation sanitaire actuelle, des ateliers seront organisés pour montrer l’utilité concrète du projet. « D’ici là, nous allons choisir le nom et le logo suite au concours que nous avons lancé » poursuit Céline Renaud. Là encore, les citoyens seront appelés à participer en votant sur le site internet et les réseaux sociaux de la recyclerie. Pour s’approprier un peu plus encore ce futur équipement.