Haut-Doubs. Maîche. L’ESAT, une usine (presque) comme les autres

343
Tout est exactement comme dans une usine dite en milieu ordinaire.

Depuis plus de quarante ans, les activités de l’ESAT de Maiche ont évolué et sont aujourd’hui très diversifiées pour les près de soixante-dix personnes handicapées qui y travaillent. Une entreprise particulière et pourtant si proche des autres.

« Nous proposons de la sous-traitance industrielle avec un atelier de mécanique dédié à l’usinage par machines-outils à commandes numériques, un autre d’assemblage de divers articles haut de gamme et un dernier de conditionnement » précise Thierry Tripard, chef d’atelier qui encadre le personnel, supervise et coordonne. « Une équipe est également dédiée pour assurer les prestations de service de type espaces verts en proposant la taille d’arbustes et de haies, plantations, tonte, petit bois de chauffage de type déneigement mais aussi de type nettoyage et de déblaiement de locaux et archivage » poursuit Pierre-Marie Bonnot, chargé de communication de l’ADAPEI du Doubs. C’est en effet de cette association que dépend l’ESAT (établissement et service d’aide par le travail) de Maîche qui, bien que discret, fait partie intégrante du paysage économique du Haut-Doubs.

« Nous ne proposons pas un travail low-cost que ce soit en termes de prix ou de qualité. Bien au contraire, quand nous répondons à une demande, nous nous devons d’être compétitifs certes au niveau des tarifs mais aussi de la qualité du travail fourni et des délais à respecter » confient-ils, précisant que pour le client final, la livraison doit se faire comme ce serait le cas avec n’importe quel autre prestataire. « Par ailleurs, de notre côté, nous devons assurer l’accompagnement de travailleurs en situation de handicap, une mission médico-sociale dont nos clients ne s’aperçoivent pas forcément dans nos relations contractuelles  ».

Au contact quotidiennement des travailleurs en situation de handicap, Thierry Tripard doit savoir prendre en compte avec l’aide des moniteurs d’atelier leurs difficultés, en adaptant les postes aux capacités de chacun, en assurant leur polyvalence et leur développement personnel. « Ici, la rapidité d’exécution des tâches n’est pas une condition comme en milieu ordinaire ».

Cette double mission qui est de faire acquérir un savoir-faire et un savoir être aux travailleurs en situation de handicap est primordial dans la construction de leur parcours professionnel : cette double mission est portée par à la fois par les ateliers de production mais aussi par le service médico-social proposant des activités de soutien. “Nos objectifs sont entre autres de donner à chaque personne la possibilité de trouver sa place dans la société, l’envie de se dépasser et la possibilité de cheminer vers plus d’autonomie » et ce, dans un cadre professionnel certes différent, mais tellement proche de toute autre usine à tel point que les clients n’y trouvent eux aucune différence.