Haut-Doubs. Maîche. Tranches d’humour en vidéo avec Nico

550
Le loisir d'aujourd'hui le mènera peut-être plus loin dans le domaine de l'audiovisuel.

Prenez un zest d’humour noir, une bonne dose d’autodérision et du temps pour tourner et monter le tout…et comme ce pâtissier vous obtiendrez des vidéos qui déjà ont trouvé leur public. En attendant peut-être la cerise sur le gâteau.

Tout a commencé par quelques vidéos pour promouvoir le club de rugby du Pays de Maîche dont il fait partie et recruter de nouveaux joueurs en utilisant un ton décalé… Ou peut-être même beaucoup plus tôt quand on rembobine un peu : « En fait, déjà quand j’étais enfant je prenais la caméra de mon grand-père pour tourner de petits films et parodier des publicités » confie Nicolas Legendre qui depuis a créé une page Facebook dédiée à ses créations « Shadow Moses 36 », en référence à un jeu vidéo dont il était fan . Il est aussi depuis des années fasciné par le cinéma de David Lynch et adepte de l’humour noir et décalé que l’on retrouve chez Albert Dupontel ou Alexandre Astier, l’auteur de Kaamelott. Un savant mélange qui fait aujourd’hui de ce pâtissier de profession un réalisateur de petites vidéos qui font le buzz. « J’ai notamment diffusé une vidéo quotidienne durant les 26 premiers jours du confinement, pour lutter contre l’ennui… ». Son épouse et ses trois enfants ont été largement mis à contribution, devant et derrière la caméra. « Ils l’ont pris comme un jeu…et de toute façon je crois qu’on a tous les cinq en commun ce petit grain de folie que l’on retrouve dans les vidéos ».

Alors, simple passe-temps ou la passion née dans l’enfance peut-elle mener Nicolas plus loin ? « Avec mon complice Germain Miny, on a déjà en projets plusieurs sketches sur le monde de demain ». On peut compter sur eux pour qu’humour et cynisme soient au rendez-vous. « Mais mon grand rêve serait d’aller encore plus loin avec un court-métrage » explique-t-il, conscient qu’il reste du chemin à parcourir et qu’il faut pour cela disposer de temps et de moyens. « J’ai principalement deux idées en tête : un film sur un enfant avec une enfance difficile afin de comprendre comment il peut éviter de reproduire ce qui l’a marqué… et un autre beaucoup moins sérieux pour démonter tous les clichés qu’on nous sert dans les films à l’eau de rose en période de Noël ». On a hâte de déguster !