Haut-Doubs. Maîche. Une université de plus en plus populaire

161
Le panel des cours proposés s'étoffe d'année en année.

Au fil des années, l’association a multiplié les cours proposés et les conférences sur des thèmes très variés. Une vraie exception sur un territoire rural comme celui-ci mais qui a su convaincre un public toujours plus large et avide de savoir.

Créée il y a 18 ans, l’Université Populaire avait dans un premier temps pour vocation de rassembler des personnes intéressées par le patrimoine local et souhaitant le faire découvrir. Un projet qui a aussitôt séduit la communauté de communes du Pays de Maîche et les communes du Plateau qui ont apporté un appui financier et logistique qui ne s’est jamais démenti.

Peu à peu, les participants ont voulu aller plus loin en assistant à des conférences sur des sujets divers et variés tout au long de l’année puis en profitant de cours, d’anglais dans un premier temps. Très vite, d’autres langues ont été proposées au gré des demandes : espagnol, italien, allemand… et dans un autre registre, la volonté de suivre des cours de couture, dentelle, broderie ou encore cuisine a permis à l’Université Populaire de se développer.

« Pour être populaire et non pas élitiste, notre Université a largement développé son offre et pratique un tarif d’adhésion très bas (20€ par an seulement). Nous touchons ainsi un large public, autant des retraités que des chômeurs ou des étudiants » explique le président Yves Lab. Preuve du succès de cette structure, la présence dans un même cours d’un grand-père et de son petit-fils est la parfaite illustration de la volonté des responsables qui veulent un lieu intergénérationnel.

« Au-delà du rôle culturel et éducatif, une association comme la nôtre a une véritable importance sociale. Je prendrais simplement l’exemple d’une dame d’origine bulgare installée dans le secteur depuis 10 ans et qui déplorait de ne connaître personne. En s’inscrivant à l’Université Populaire, elle a rencontré des gens partageant les mêmes passions qu’elle et mieux, elle est devenue intervenante ! ». Une anecdote significative de l’état d’esprit qui règne dans cette université populaire en milieu rural, la seule en France ! Au fil des années, les cours ont été de plus en plus nombreux avec même aujourd’hui au programme, le portugais, le chinois et le latin. « Pour durer il faut innover » souligne José Sorribes, animateur de la structure qui tient par ailleurs à saluer le travail de tous les bénévoles : ceux qui enseignent et partagent leur savoir d’une part mais aussi ceux qui se chargent des questions administratives et de l’organisation.

Cette mobilisation et cet enthousiasme expliquent sans aucun doute le succès de cette université pas comme les autres qui rassemblaient 30 participants à ses débuts et plus de 800 aujourd’hui. « Et la demande est toujours plus forte, pas seulement sur le plateau mais sur l’ensemble du Pays de Maîche » se félicitent les responsables. La diffusion du savoir a donc un bel avenir devant lui sur ce territoire.

Pour en savoir plus : jose.sorribes@wanadoo.fr ou 06 29 64 44 28