Haut-Doubs. Marie Rousselet Chaque semaine avec vous et « jamais seule »

1223
Un cahier et un stylo, tels sont les objets fétiches de cette férue d'écriture aux multiples casquettes

Rédactrice en chef du journal que vous avez en ce moment en main, Marie Rousselet a bien entendu voulu réserver à ses lecteurs la primeur de l’information : Son livre « Jamais seule » sort le 28 janvier. Rencontre avec une passionnée d’écriture, cartésienne et curieuse de comprendre ce qui l’entoure.

Marie, racontez-nous d’abord votre goût pour l’écriture ?
Il est venu très tôt. J’ai d’abord aimé lire dès l’enfance. Les livres de Conan Doyle ou de la comtesse de Ségur en particulier auxquels ont succédé aujourd’hui ceux d’Amélie Nothomb et Gilles Legardinier. A l’époque, à même pas 10 ans, j’ai commencé à griffonner des cahiers en écrivant mes propres histoires, y compris dans un journal intime comme beaucoup de jeunes filles. Arrivée au collège, une professeure de français m’a encouragée à poursuivre ce que j’ai fait…

Aujourd’hui en écrivant pour les lecteurs de l’Hebdo25
J’avais un rêve, devenir institutrice, avec l’image en tête de celles qui ont jalonné mon parcours. Mais après une licence en sciences du langage et de la communication pour y parvenir, j’ai vite compris que les réalités de ce métier ne correspondaient plus à mes attentes. Travailler en tant que journaliste m’a donc permis de poursuivre cette envie de partager et de transmettre et bien sûr d’écrire.

Ce que vous faites aujourd’hui aussi dans un livre sur un sujet encore tabou
C’est en effet un récit autobiographique qui évoque dix mois très particuliers de ma vie. Je vivais dans un appartement où j’ai assisté à des phénomènes paranormaux. Un seul exemple : un jour, tout le contenu de mon sèche-linge s’est retrouvé sans explication au milieu du couloir. Et toutes ces manifestations sont allées crescendo avec ce sentiment particulier de n’être « jamais seule », d’où le titre de ce livre dans lequel j’ai tenu à partager cette période de ma vie

Des phénomènes qui vous poursuivent depuis des années…
Tout a commencé dans l’enfance. Je ressentais des présences dans ma chambre. Des portes s’ouvraient toutes seules de façon étrange et inexpliquée. A l’adolescence, ce sont des silhouettes que j’ai commencé à apercevoir. On m’a alors souvent dit que j’avais trop d’imagination, que ça n’existait pas. Etant jeune, en faisant du baby-sitting, un phénomène de Poltergeist m’a particulièrement marquée tout comme d’ailleurs l’enfant que je gardais témoin malgré lui de cette manifestation. Par la suite, rencontrer d’autres personnes ayant vécu des expériences similaires m’a permis d’avancer et là aussi de me sentir moins seule et de désacraliser les choses.

Vous avez conscience des réactions d’incompréhension que cela peut susciter ?
Absolument et je le comprends. J’avais deux choix : subir ou essayer de comprendre. Il faut déjà bien avoir en tête que je n’ai pas choisi cette situation mais qu’elle s’est imposée à moi. Ce livre, j’ai mis deux ans à le terminer. Il ne s’agit pas de faire du prosélytisme mais d’être factuelle, de partager des événements précis, aussi pour montrer à d’autres personnes concernées qu’elles ne sont pas seules. Chacun est entièrement libre d’en tirer ses propres conclusions en n’oubliant toutefois pas que ça peut arriver à tout le monde.
Qu’auriez-vous envie de dire aux plus sceptiques ?
Que je ne suis pas folle ! Que tout repose sur des faits réels. Leur dire aussi que dans la vie je suis très cartésienne. Je cherche toujours à comprendre les choses, à chercher des explications scientifiques et rationnelles plutôt que de croire les choses comme si c’était une vérité imposée. Et au final, quand rien n’explique un phénomène, il faut bien se rendre à l’évidence et en conclure qu’on a affaire à des phénomènes irrationnels
Jamais seule donc, mais vous ne laissez pas les autres seuls non plus
Aujourd’hui en effet, je rencontre des gens qui vivent des événements étranges comme ceux-là. Je les accompagne et je les aide à retrouver une vie normale en débarrassant les lieux de ces présences néfastes. Je prépare d’ailleurs un deuxième livre qui évoquera tous ces exemples. Des anecdotes souvent étonnantes qui montre que des entités étaient présentes et ont disparu de la vie de ces gens qui ont ainsi pu retrouver comme moi une vie apaisée.
« Jamais Seule », paru aux éditions Arts en Mots, est disponible sur toutes les plateformes de vente numériques (Amazon, Décitre, Fnac …), auprès de l’éditeur (Cf. Page Facebook Arts En Mots) et auprès de l’auteure (07 81 53 83 80).

En exclusivité, Marie Rousselet nous dévoile la cover complète de son livre qui sortira le 28 janvier prochain