Haut-Doubs. Masques en tissu VS masques chirurgicaux

146
Les masques en tissu "faits maison" seront probablement bientôt interdits

On prend les mêmes et on recommence ! Alors qu’il semblait que la question avait été tranchée au printemps (mieux vaut un masque en tissu que pas de masque du tout !), le masque revient sur le devant de la scène.

Allons-nous devoir ranger notre chère machine à coudre qui nous a permis de coudre des masques lavables, écologiques puisque réalisés majoritairement par des chutes de tissus, lavables à 60° et réutilisables à l’infini (ou presque) ? C’est en tout cas ce qu’annonce l e Haut Conseil de la Santé Publique ce lundi 18 janvier. En effet, pour faire barrage aux variants du virus qui semblent circuler plus activement encore que notre variant national, les masques chirurgicaux jetables ou en tissu industriels seraient les seuls à pouvoir nous protéger. Didier Lepelletier est médecin hygiéniste et coprésident du HCSP. Il déclare qu’il est préférable de “porter un masque en tissu réutilisable de catégorie 1, plutôt que des masques de catégorie 2 qui filtrent un petit peu moins bien, voire des masques fabriqués de manière artisanale où là il n’y a aucun contrôle sur leur performance qui est réalisé”.
Une recommandation (dans l’attente d’une officialisation !) qui ne convainc visiblement personne. À commencer par Marion, une jeune maman de Saône, qui exprime vivement ses inquiétudes : « Je découvre cette nouvelle polémique (une de plus). Alors pour ma part : 2 masques par jour et par enfant, le calcul est vite fait ! Vive le masque tissu/lavable. Je ne suis pas une militante écolo (loin de là) mais tous ces masques qui finissent à la poubelle (quand ils ne sont pas dans nos campagnes ou sur les trottoirs) on file droit vers une catastrophe écologique (une de plus !), sans parler de l’impact économique sur notre budget déjà mis à rude épreuve par cette pandémie. » Cynthia de Pontarlier dénonce une nouvelle façon de vider notre porte-monnaie au profit de l’Etat, tandis que Françoise enfonce le clou : «Un masque fait maison, lavé et surtout bien repassé est bien plus hygiénique que ces bazars qui coûtent un bras et ne sont pas stériles. »
La distanciation sociale devrait elle-aussi connaître une petite modification : de 1 mètre, nous pourrions passer à 2. Une information à confirmer dans les prochaines semaines, voire les prochains jours.