Haut-Doubs. Morteau. Des petits gestes pour garder une ville propre

177
Des petites affiches matérialisent les objets du délit et rappellent leur coût.

Rappeler les règles de civisme est pour les communes un éternel recommencement. Un mal nécessaire pour conserver un cadre de vie agréable.

Les premiers rayons du soleil ont été propices aux premiers brûlages à l’air libre. Une pratique formellement interdite pour des questions écologiques mais aussi de bon voisinage et de savoir-vivre en société. Il en est de même pour les dépôts sauvages d’ordures en tous genres ou encore les détritus laissés près des zones de pique-nique ou jetés en pleine rue… Des gestes contraires aux règles de civisme auxquelles il convient d’ajouter une autre attitude tout aussi préjudiciable : les crottes de chiens sur les trottoirs à tous les coins de rue.

Pourtant, à Morteau, il existe depuis 2004 un arrêté municipal : les propriétaires de chiens qui oublient de ramasser les déjections de leurs fidèles compagnons sont verbalisables. Pelouses, espaces verts, jardins publics, aires de jeux, places et trottoirs…tout l’espace public est concerné afin d’avoir une ville propre pour les visiteurs comme pour les habitants qui y vivent au quotidien. Ce n’est pas seulement une question d’image envers l’extérieur mais tout simplement de maintien du cadre de vie.

Des distributeurs de sacs destinés à recevoir ces déjections sont installés à différents endroits de la commune et il est possible de s’en préoccuper à la mairie et à l’office de tourisme. A défaut de ce petit geste de civisme élémentaire, l’amende se monte à 68€. D’où ce rappel de la campagne lancée par la ville : « J’aime ma ville, j’aime mon chien, je ramasse ».